Toulouse: Après 9 h d’attente aux urgences pédiatriques, elle lance une pétition pour demander plus de moyens

SANTE Confrontées à une importante épidémie de bronchiolites et de gastro-entérites, les urgences pédiatriques de Toulouse sont saturées. Une maman a lancé une pétition demandant l’amélioration du temps de prise en charge…

Beatrice Colin

— 

Les urgences de l'hôpital des enfants du CHU Purpan.
Les urgences de l'hôpital des enfants du CHU Purpan. — B. Colin / 20 Minutes
  • La région toulousaine doit faire face à des épidémies de grippe, bronchiolite et gastro-entérite. Les urgences pédiatriques du CHU de Toulouse sont saturées.
  • Une maman a lancé une pétition pour demander plus de moyens humains et matériels qui permettraient une amélioration du temps de prise en charge des petits patients.

Lorsqu’elle s’est présentée samedi 9 décembre aux urgences pédiatriques de Purpan avec son fils Lenny, Maruszka Canton ne pensait pas qu’elle devrait patienter plus de 9 heures avant de voir un médecin.

« Mon fils de 5 ans était amorphe, il n’avait pas mangé depuis 24 heures. Avant d’y aller, j’ai appelé le Samu qui m’a orienté vers un médecin de garde. Il a suspecté une pneumopathie et vue son état m’a indiqué que je devais aller aux urgences pour faire une radio et un bilan », indique la mère de famille.

Une demi-heure après son arrivée, une infirmière ouvre son dossier. Elle patientera ensuite 9 heures avant de voir un externe qui lui prescrira une radio. En pleine épidemie de bronchiolite, de grippe et gastro-entérite, les urgences sont saturées.

Et comme Maruszka, de nombreux parents doivent attendre des heures en salle d’attente. Une situation qui l’a incitée à lancer une pétition sur change.org pour demander l’amélioration du temps de prise en charge.

Plus de moyens

« Je ne veux pas incriminer le personnel médical, ils font ce qu’ils peuvent et manquent visiblement de moyens matériels et humains. Mais pour les conditions d’accueil des enfants et pour leurs conditions de travail, je voulais tirer la sonnette d’alarme. J’y suis allée parce que le médecin que j’avais consulté m’y a envoyée, on ne passe pas plus de 9 heures aux urgences par plaisir », insiste la maman du petit Lenny qui avait en réalité une sévère grippe.

>> A lire aussi : Face à l’affluence de cas de bronchiolites, le CHU rappelle les bonnes pratiques

Depuis trois semaines, et l’arrivée de nombreuses pathologies hivernales, le CHU de Toulouse et l’Agence régionale de santé sensibilisent les parents aux bons gestes avant de se rendre à Purpan. Mais durant les week-ends, et la fermeture des cabinets médicaux de ville, les urgences pédiatriques sont débordées.

Pour faire face, chaque année, l’hôpital ouvre une unité de 24 lits spécialisée pour les cas de bronchiolite. La capacité d’accueil est aussi augmentée de 13 lits dans les unités d’hospitalisation et un renfort des personnels soignants est réalisé avec l’embauche en période hivernale de 55 puéricultrices, infirmières et auxiliares de puériculture indique la direction du CHU. Des dotations supplémentaires en matériel sont aussi financées.