Toulouse: La demande flambe, un deuxième crématorium va être construit

SOCIETE Le seul crématorium de l’agglomération de Toulouse est embouteillé. C’est officiel, un deuxième site va être construit à la Marcaissonne, à la lisière de la Ville rose et de Saint-Orens…

Helene Menal

— 

Il n'y a pour l'heure qu'un seul crématorium dans l'agglomération toulousaine et même le département de la Haute-Garonne. Illustration.
Il n'y a pour l'heure qu'un seul crématorium dans l'agglomération toulousaine et même le département de la Haute-Garonne. Illustration. — M. Gile - Sipa
  • L’unique crématorium de l’agglomération toulousaine est saturé.
  • C’est officiel, un deuxième équipement va être construit au sud-est de la ville, à la frontière avec Saint-Orens.

Plus du tiers des décès qui surviennent dans l’agglomération de Toulouse finissent en crémation. L’an dernier près de 2.000 personnes ont été incinérées au crématorium de Cornebarrieu, le seul de tout le département de la Haute-Garonne.

>> A lire aussi : les jeunes préfèrent l'inhumation, les séniors la crémation

Créé en 1972, il a eu beau élargir ses horaires récemment, impossible de tenir cette cadence infernale, d’autant que les demandes de crémation progressent régulièrement de 1 % par an. Dans un moment déjà difficile, il n’est pas rare que les familles soient réorientées vers Montauban, Albi, ou Trèbes (près de Carcassonne).

Deux cérémonies en même temps

Pour remédier à la situation d’encombrement et « face à la demande croissante d’espaces laïcs de célébration », la Métrople​ s’était engagée au printemps à construire un deuxième équipement. Ce dernier sera implanté dans le quartier de la Marcaissonne, avenue de Gameville plus exactement, à la frontière entre Toulouse et Saint-Orens. D’après la délibération qui doit être adoptée ce vendredi en conseil métropolitain, le bâtiment de 1.300 m2 permettra d’accueillir deux cérémonies en même temps et disposera d’un parking conséquent.

Le deuxième crématorium va être construit avenue de Gameville, à la frontière de Toulouse et Saint-Orens.
Le deuxième crématorium va être construit avenue de Gameville, à la frontière de Toulouse et Saint-Orens. - Map4News

L’opération devrait coûter 8,5 millions d’euros. Et l’équipement ne devrait pas manquer de clients. Surtout depuis que le projet de crématorium de Seysses, au sud de Toulouse, a été abandonné sous la pression d’opposants.