Toulouse: Plongée sensorielle dans les rituels grecs grâce au musée Saint-Raymond

EXPOSITION La nouvelle exposition du musée Saint-Raymond a ouvert ses portes. Elle transporte le visiteur dans le monde grec et lui propose de s’immerger dans ses rituels grâce aux sens…

Beatrice Colin

— 

Au musée Saint-Raymond de Toulouse, l'exposition Rituels Grecs ouvre du 24 novembre 2017 jusqu'au 25 mars 2018.
Au musée Saint-Raymond de Toulouse, l'exposition Rituels Grecs ouvre du 24 novembre 2017 jusqu'au 25 mars 2018. — B. Colin / 20 Minutes

Si vous avez le nez bouché, reportez votre visite. La nouvelle exposition du musée Saint-Raymond de Toulouse n’est pas une simple déambulation au milieu de magnifiques vases antiques. Rituels grecs met à contribution presque tous les sens du visiteur.

Celui-ci pourra toucher les étoffes teintes pour l’occasion, plonger son doigt dans le fond de teint blanc, du carbonate de calcium, que les femmes utilisaient lors des mariages, ou l’ocre rouge qui leur servait de fard à paupières.

Ils seront invités à humer les différentes odeurs d’encens parfumés qui étaient utilisées lors des sacrifices ou les cires d’abeilles que l’on retrouvait lors des funérailles.

« Nous avons voulu montrer comment les Grecs, qui voulaient communiquer avec les Dieux, utilisaient pour cela tous leurs sens. Cette exposition fait appel à l’odorat, le toucher avec la possibilité de toucher des ingrédients mais aussi des tissus teints spécialement », explique Evelyne Ugaglia, la directrice du musée des Antiques de Toulouse.

Une évocation 2.500 ans plus tard

Pour cette exposition d’intérêt national, la première dans cet établissement, le Louvre mais aussi le Musée national étrusque de la villa Giulia à Rome ont prêté des objets rares. Parallèlement, une spécialiste de la musique a retrouvé des partitions antiques pour plonger les visiteurs dans l’ambiance musicale de l’époque, une scientifique a apporté ses connaissances en matière de végétaux pour retrouver ce qui se rapproche le plus de ce que l’on trouvait à l’époque.

« On ne reconstitue pas, on ne fait qu’une évocation car 2.500 ans nous séparent et depuis tout a évolué, que ce soit les plantes, les goûts, sans parler de la pollution », assure Evelyne Ugaglia. Ouvrez vos chakras.