Toulouse: Cinq (bonnes) raisons de courir le marathon littéraire d'automne

FESTIVAL Après le tourbillon de la rentrée littéraire, le marathon d’Automne propose à partir de ce mercredi à Toulouse, une pause autour des mots, en présence d’auteurs et de lecteurs…

Beatrice Colin

— 

L'auteur américain Douglas Kennedy.
L'auteur américain Douglas Kennedy. — Sébastien Leban_Leextra_EditionsBelfond

En attendant l’édition 2018 du marathon des mots, la version automnale du festival propose aux amateurs de littérature de découvrir l’univers d’auteurs qui n’ont pas forcément fait la une des journées lors de la rentrée littéraire.

Venus du froid et d’ailleurs, ils rencontreront leurs lecteurs et leurs livres seront parfois lus par des amoureux des mots. Voilà cinq bonnes raisons d’y aller…

Pour parler avec Douglas Kennedy

Qui mieux qu’un auteur pour parler de son livre. L’écrivain à succès américain Douglas Kennedy sera vendredi, à 15h, à la librairie Privat pour une séance de dédicaces de son dernier opus, La symphonie du hasard.

Une nouvelle fresque familiale dans l’Amérique des années soixante et soixante-dix, où la politique et la culture y trouvent une place. Et dans laquelle, l’auteur y livre un peu de ses propres secrets. Samedi, à 11 heures, il partagera son expérience de l’écriture avec ses fans lors d’une rencontre au Pavillon Blanc de Colomiers.

Pour porter un œil différent sur la littérature allemande

Dans leur pays natal, ils sont reconnus. Et parfois encensés par la critique. Quatre auteurs germaniques sont à (re) découvrir lors de cette édition du marathon d’automne. David Wagner sera au Goethe Institut vendredi soir pour parler de son roman En Vie, à la précision chirurgicale, dans lequel il livre le vécu d’un greffé.

A ses côtés durant le week-end Kristine Bilkau, Géraldine Schwarz et David Wagner rencontreront les lecteurs, férus de nouvelles découvertes.

Pour voir Clotilde Coureau rendre hommage à Barbara

Dimanche, à 17 h30 sur la scène de la salle du Sénéchal, l’actrice Clotilde Courau rendra un hommage à Barbara. Accompagnée par Lionel Suarez à l’accordéon, elle lira des extraits du livre de la chanteuse, Il était un piano noir. Des mémoires dont la rédaction fut interrompue par sa mort, il y a tout juste 20 ans.

Pour entendre Dominique Pinon lire du Pascal Dessaint

A travers la lecture d’Un homme doit mourir, le dernier livre Pascal Dessaint, l’acteur Dominique Pinon se fera l’écho du militantisme écologiste de l’auteur toulousain. Dimanche, à 15 h 30 à la salle du Sénéchal, on découvrira lors d’une lecture l’univers noir façonné par l’écrivain, entremêlé d’intrigues où la nature joue un rôle central.

Pour (re) voir Le Tambour, un film culte

Entre deux lectures et rencontres, les festivaliers pourront vendredi soir revoir le film Le Tambour. Inspiré du roman de Günter Grass, il raconte l’histoire d’Oskar, ce petit garçon qui refuse de grandir dans l’Allemagne des années trente où le nazisme fait son lit.