Toulouse: Un agent «fiché S» pour radicalisation travaille à l'école de police

SOCIETE Un agent technique qui travaille à l’école de police de Toulouse, et donc pour le ministère de l’Intérieur, est fiché S…

H.M.

— 

Des policiers à Toulouse. Illustration
Des policiers à Toulouse. Illustration — Fred.Scheiber

Il est en arrêt maladie depuis deux ans mais son cas n’en est pas moins embarrassant. Selon La Dépêche du Midi​, qui confirme une information du Point, un trentenaire fiché S pour radicalisation islamiste est employé à l' Ecole nationale supérieure d’application de la Police nationale (ENSAPN) de Toulouse. Cette dernière forme les gardiens de la paix et adjoints de sécurité, elle assure aussi la formation continue des officiers.

Altercation avec le frère du chauffard de Blagnac

L’homme n’est pas un élève policier mais un agent technique chargé de divers travaux de maintenance. Selon le quotidien régional, il aurait aussi travaillé un temps au service restauration d’une compagnie de CRS.

>> A lire aussi : Jugé pour des violences, le frère du déséquilibré de Blagnac écope d’une amende

Ce converti n’a jamais provoqué d’incident dans son travail. Mais il a fait parler de lui le vendredi 10 novembre en raison de la violente altercation qu’il a eue avec le frère, lui-même adepte d’un islam radical, du déséquilibré qui venait de foncer délibérément sur trois étudiantes à Blagnac.

L’agent technique avait été menacé par son colocataire et avait dû se réfugier dans un commerce voisin. Son agresseur a été interpellé et jugé en comparution immédiate.