VIDEO. Coupe du monde 2023: Pourquoi le Stadium de Toulouse aura du mal à accueillir des affiches

RUGBY Le Stadium de Toulouse fait partie des neuf enceintes retenues pour abriter les matchs de la Coupe du monde 2023. Il est aussi le plus petit du lot…

Nicolas Stival

— 

L'ailier Cédric Heymans inscrit le premier des 13 essais du XV de France face à la Namibie, lors d'un match de poule de la Coupe du monde de rugby au Stadium de Toulouse, le 16 septembre 2007.
L'ailier Cédric Heymans inscrit le premier des 13 essais du XV de France face à la Namibie, lors d'un match de poule de la Coupe du monde de rugby au Stadium de Toulouse, le 16 septembre 2007. — M. Spingler / AP / Sipa

C’est toujours incroyable à écrire plusieurs heures après le verdict. Mais la France a bien été choisie pour organiser la Coupe du monde 2023 ce mercredi à Londres, au détriment de l’Afrique du Sud, pourtant favorite, et de l’Irlande. Le Stadium de Toulouse fait partie des neuf sites retenus pour accueillir la compétition.

 

 

« Comme nous l’avons prouvé lors de l’Euro 2016 [de football], avec une organisation saluée par tous, Toulouse saura se distinguer pour que chacun puisse vivre cette compétition mondiale dans les meilleures conditions », s’est réjoui le maire LR et président de la métropole, Jean-Luc Moudenc.

>> A lire aussi : Coupe du monde 2023: La Nouvelle-Zélande juge le choix de la France «étrange»

Il est encore trop tôt pour savoir combien de rencontres recevra le traditionnel écrin du TFC, 16 ans après les quatre matchs de poule du Mondial 2007 (dont un de la France et un autre des All Blacks). Mais la Ville rose pourrait être de nouveau privée d’affiches de phase finale.

Le Stadium est en effet l’enceinte la plus petite parmi les hôtes de l’épreuve, avec 33.150 places. Soit 3.000 de moins qu’avant les travaux pour l’Euro 2016. « En termes de capacité, ce n’est pas le stade le plus accueillant, reconnaissait Vincent Terrail-Novès, vice-président de Toulouse Métropole en charge du sport, début octobre. Mais nous nous battons avec nos armes. »

Après l’annonce de la victoire française, le beau-fils du sélectionneur du XV de France confirmait sur le site de La Tribune Toulouse : « je pense qu’il nous sera difficile d’obtenir des matchs de phase finale, même si on se battra avec nos arguments. » Cependant, la carte « Occitanie, terre de rugby » risque de ne pas suffire pour attendrir les organisateurs de l’événement, extrêmement sensibles au volet économique de la Coupe du monde…