Toulouse: Piqué par des punaises de lit, le client réclame le remboursement de sa chambre d'hôtel

SOCIETE Un étudiant venu en formation dans la Ville rose a dû quitter sa chambre d’hôtel, son lit étant envahi de punaises de lit…

J.R.

— 

Un panneau de signalisation d'un hôtel. (photo illustration)
Un panneau de signalisation d'un hôtel. (photo illustration) — GILE MICHEL/SIPA

Il n’est pas prêt d’oublier son séjour à Toulouse. Dans la nuit de mercredi à jeudi, un Montpelliérain, qui séjournait dans un hôtel de la Ville rose pour assister à une formation radio, a dû quitter sa chambre et plus particulièrement son lit, infesté par des punaises de lits, rapporte La Dépêche du Midi.

>> A lire aussi : France: Pourquoi les punaises de lit font-elles un retour si irritant?

Des dizaines de punaises

Maxime commençait sa nuit quand il a senti les piqûres de ces insectes sur ses bras. Après inspection de son matelas, il constate qu’il n’est pas seul dans le lit et que les punaises sont nombreuses à se presser sur le drap. Photos et vidéos de ces envahisseurs à l’appui, il est descendu à la réception de l’hôtel pour réclamer une autre chambre.

Malheureusement, l’hôtel est complet et le gardien de nuit ne peut que se résoudre à lui fournir de nouveaux draps. Alors qu’il s’active à refaire son lit, Maxime constate que les punaises sortent par dizaines des angles du lit. Dégoûté par les bestioles, il a finalement passé la nuit dans la chambre voisine d’un collègue, qui a accepté de l’héberger.

>> A lire aussi : Nantes: Les urgences du CHU restent perturbées après la découverte de punaises de lit

Pas un problème sanitaire mais « les conséquences du passage de nombreux voyageurs »

Après cette nuit d’horreur, le Montpelliérain a montré ses piqûres à la direction de l’hôtel qui s’est excusé de cet incident et a pris en charge le lavage de ses affaires. L’hôtel lui a accordé un geste commercial pour faire passer la pilule mais l’étudiant demande le remboursement de la chambre, qui lui a coûté 310 euros pour cinq nuits.

L’hôtel refuse pour l’instant de communiquer sur le sujet, arguant que l’invasion de punaises de lit n’est pas un problème sanitaire mais « les conséquences du passage de nombreux voyageurs ».