Toulouse: On vous dit pourquoi les «PV» de stationnement vont bondir de 17 à 30 euros

SOCIETE Au 1er janvier, le tarif de base pour les «amendes» de stationnement à Toulouse va grimper de 17 à 30 euros. 20 Minutes vous dit pourquoi et dans quel périmètre...

Helene Menal

— 

Un agent en train de dresser une contravention à Toulouse. Illustration
Un agent en train de dresser une contravention à Toulouse. Illustration — Fred.Scheiber
  • Au premier janvier 2018, les communes géreront les PV de stationnement à la place de l’Etat.
  • A Toulouse, l’amende de base va passer de 17 à 30 euros.
  • La mairie espère un effet dissuasif.

La prune pour stationnement abusif va passer à 30 euros tout rond, au lieu de 17. C’est le tarif, applicable au 1er janvier 2018, que doit entériner le Conseil municipal de Toulouse le 12 octobre prochain. Car désormais, c’est la mairie qui décide et non plus l’Etat qui jusqu’ici gérait les PV, les encaissait et reversait une partie des recettes aux collectivités.

>> A lire aussi : Les parkings de l'hopital Purpan vont devenir payants... et ça ne fait pas l'unanimité

Ce transfert, surprenant pour le citoyen lambda, est en fait prévu par une loi datant de 2014. Il a même été retardé d’un an. Le principe est de dépénaliser le PV de stationnement pour le transformer en simple redevance, au nom barbare de « forfait post-stationnement » (FPS) pour occupation abusive du domaine public.

« Le tarif des parcmètres restera à 3 euros pour deux heures en centre-ville mais au-delà de cette durée, nous avons fait le choix de fixer le FPS à 30 €, précise Jean-Michel Lattes, l’adjoint à la Mobilité. Et ça ne va pas servir à payer la troisième ligne de métro, comme je l’entends, mais tout simplement à couvrir les frais de gestion du système. »

Fini la loterie

L’élu compte aussi sur un effet dissuasif. « Je connais des Toulousains qui à 17 € euros préfèrent la contravention. L’amende qu’ils prennent de temps en temps leur coûte moins cher que de payer systématiquement le parcmètre », confie-t-il.

Et, si ça peut consoler les incorrigibles « ventouseurs », la sanction ne tombera pas à la même vitesse partout. Dans les faubourgs, hors rues commerçantes, le temps de stationnement autorisé sera de 4 heures maximum.

Les tarifs qui seront applicables à Toulouse à partir du 1er janvier 2018.
Les tarifs qui seront applicables à Toulouse à partir du 1er janvier 2018. - Ville de Toulouse

 

La carte différenciée des zone tarifaires du stationnement à Toulouse à partir du 1er janvier 2018.
La carte différenciée des zone tarifaires du stationnement à Toulouse à partir du 1er janvier 2018. - Ville de Toulouse

Jusqu’à présent, le produit reversé par l’Etat sur les PV de stationnement s’élevait en moyenne à 2 millions d’euros par an. La recette des 800 parcmètres s'élève, elle, à 4,8 millions d'euros par an.