Ariège: Faute de réseau téléphonique, deux randonneurs de 80 et 63 ans passent la nuit en montagne

INSOLITE Faute de réseau, une femme de 80 ans et son fils de 63 ans n’ont pas réussi à envoyer un texto et se sont retrouvés bloqués, mardi soir dans les Pyrénées ariégeoises…

Nicolas Stival

— 

Deux randonneurs en montagne. Illustration.
Deux randonneurs en montagne. Illustration. — Jaubert / Sipa

L’information ne surprendra pas les Ariégeois : il existe encore des zones blanches dans leur département. Notamment dans le Donezan, petit pays aussi charmant qu’isolé, aux confins de l’Aude et des Pyrénées-Orientales, par-delà le col de Pailhères. Cette couverture téléphonique aléatoire a joué un mauvais tour à deux randonneurs.

Inquiet, le propriétaire du gîte prévient les gendarmes

Cette femme de 80 ans et son fils de 63 ans ont quitté le gîte qu’ils avaient loué dans le village de Quérigut, mardi après-midi, pour partir en randonnée vers un lac. Lorsqu’ils ont vu qu’ils allaient être rattrapés par la tombée de la nuit, ils ont envoyé un SMS au propriétaire de l’hébergement. Mais celui-ci n’a reçu le texto que ce mercredi matin, à 8h30. Entre-temps, inquiet de ne pas avoir de nouvelles de ses hôtes, il a prévenu la gendarmerie de Quérigut.

Six hommes de la brigade sont alors partis sur les traces des promeneurs. Ils ont trouvé leur voiture, vide, sur le parking au départ de la balade, avant de suivre tout l’itinéraire, en vain, jusqu’à 2 heures du matin.

Les grands moyens prêts à être déployés

Une dizaine d’autres militaires, notamment issus du PGHM de Savignac-les-Ormeaux, assistés d’un chien, devaient reprendre les recherches ce mercredi matin, appuyés par un hélicoptère. Avant que le propriétaire du gîte ne les prévienne qu’il avait reçu le SMS… Les deux randonneurs sont finalement revenus à Quérigut, sains et saufs. Ils avaient passé la nuit dans un abri de fortune, à une centaine de mètres du sentier que les gendarmes avaient arpenté la veille au soir.