VIDEO. Les nounours répondent aux chasseurs d'ours... et c'est assez tordant

PYRENEES Après la diffusion d’une vidéo d’hommes armés et cagoulés menaçant de rouvrir la chasse à l’ours dans les Pyrénées, des pro-ours leur répondent avec humour…

B.C.

— 

Les nounours de la Section Libertaire Internationale du Plantigrade répondent aux chasseurs.
Les nounours de la Section Libertaire Internationale du Plantigrade répondent aux chasseurs. — SLIP/Vimeo

« Nous, nounours, nounours outragés, nounours brisés, nounours martyrisés mais nounours libérés ! » C’est ainsi que débute la vidéo de la SLIP, comprenez la Section libertaire internationale du plantigrade.

Teddy Bear, un mouton sous le bras, son ami la marmotte et les autres peluches ont décidé de répondre aux chasseurs ariégeois qui la semaine dernière menaçaient dans une vidéo de rouvrir la chasse à l’ours sur le massif des Pyrénées.

>> A lire aussi : Des hommes armés et encagoulés annoncent la réouverture de la chasse à l'ours

Cagoulés et les armes à la main, les opposants à la réintroduction de l’ours dans les Pyrénées s’étaient mis en scène, un homme avec un fort accent expliquant : « Nous, montagnards d’Ariège, éleveurs, randonneurs, chasseurs, élus, citoyens disons à l’Etat : “Stop ! Ça suffit !” ».

Et c’est sur le même ton, le côté de Gaulle en plus, que les peluches masquées et équipées de pistolets à eau ont répondu. Les nounours, libérés resteront sur leur terre de liberté avec le concours des « peluts », qui au sens littéral du terme veut dire poilus, peut aussi faire référence aux courageux mais fait aussi référence aux « hippies » installés en Ariège.

Tensions depuis cet été

Une touche d’humour (et de moqueries, on peut le dire) alors que les tensions sont de plus en plus exacerbées sur la question de l’ours dans ce département. La mort de plusieurs brebis sur des estives a relancé le débat sur la présence du plantigrade sur le massif.

>> A lire aussi : Après plusieurs incidents, des élus de l’Ariège demandent le retrait des ours

Et il y a quelques semaines des agents de l’ONCFS ont été agressés par des opposants alors qu’ils se trouvaient sur le terrain.