TFC-Bordeaux: Pas d’attaquant sur le banc? «J’ai peut-être mal fait», lâche Pascal Dupraz

FOOTBALL Battu par Bordeaux vendredi soir, Toulouse a manqué de réalisme offensif. Et il n’avait pas les armes parmi ses remplaçants pour trouver un second souffle…

Nicolas Stival

— 

Samedi contre Bordeaux, l'avant-centre du TFC Andy Delort est resté muet pour le cinquième match d'affilée.
Samedi contre Bordeaux, l'avant-centre du TFC Andy Delort est resté muet pour le cinquième match d'affilée. — R. Gabalda / AFP
  • Pour la deuxième journée d’affilée après Troyes (0-0), le TFC n’a pas marqué contre Bordeaux.
  • Entre blessures et choix, aucun attaquant de formation n’était présent sur le banc.

La pilule bordelaise a du mal à passer. Malgré trois énormes occasions en première période, le TFC n’a pas marqué vendredi contre Bordeaux (0-1), comme six jours plus tôt à Troyes (0-0). De plus ce coup-ci, la défense a craqué, face au talent de Malcom, unique buteur du soir (68e), et Toulouse a chuté pour la première fois cette saison au Stadium.

>> A lire aussi : TFC-Bordeaux: Les Girondins brisent la malédiction du derby, les Toulousains frustrés

« Sur dix matchs, vous en avez plié neuf à la mi-temps avec ce genre de prestations, peste Pascal Dupraz, l'entraîneur des Violets. On doit mener largement au score. » Dès la 23e seconde, Corentin Jean a buté sur Benoît Costil, le portier bordelais, auteur plus tard d’une splendide parade devant Andy Delort (31e minute), avant un gros raté de la tête d’Ola Toivonen juste avant la pause. L’attaque toulousaine a plié les gaules en seconde période, après une frappe lointaine de Giannelli Imbula (48e) repoussée, toujours, par Costil.

« En première mi-temps, on a tellement donné qu’on était un peu frustrés en rentrant aux vestiaires à 0-0, glisse Jean, remuant ailier droit. Mais à la fin du match, on était clairement cuits. » Muet pour le cinquième match d’affilée, l’avant-centre Delort a été remplacé dès la 63e minute par Zinédine Machach, seul joueur porté vers l’avant sur un banc de touche composé par ailleurs de défenseurs (Yago, Sylla) et de milieux récupérateurs (Bodiger, Cahuzac, Blin), en plus du gardien Goicoechea.

Deux êtres vous manquent…

« Nous avons pris le parti d’avoir un effectif court, malheureusement, nous comptons deux blessés dans le secteur offensif [Max-Alain Gradel et Yaya Sanogo], observe Dupraz. J’ai aussi pris la décision de laisser de côté de jeunes joueurs du compartiment offensif. J’ai peut-être mal fait. Le petit [Quentin] Boisgard aurait pu être utile dans cette fin de match. Il est très en forme. Malheureusement, j’ai fait des choix et il n’était pas là. »

Toulalan soulagé par la sortie de Toivonen

Alors, il a fallu bricoler. A son entrée, Machach s’est placé sur l’aile droite, avec Jimmy Durmaz à gauche et Toivonen comme avant-centre, soutenu par Jean. A la 78e, le Suédois est sorti à son tour, relayé par le gaucher Issiaga Sylla, au profil plutôt défensif. Celui-ci a pourtant pris l’aile gauche, expédiant Durmaz dans l’axe, derrière Jean placé en pointe. Sans plus de succès. « Après le remplacement de Toivonen, Toulouse n’avait plus de point d’appui devant, observe le capitaine bordelais Jérémy Toulalan. Cela nous a peut-être facilité les choses. »

Le dernier changement du TFC, à cinq minutes de la fin ? Un milieu récupérateur (Somalia) sorti pour un autre milieu au profil plus défensif (Yann Bodiger). Cette fois, le héros de la remontada du printemps 2016, auteur du coup franc du maintien à Angers (2-3) après être sorti du banc, n’a pas sauvé son équipe…