Toulouse: Le président du directoire de l’aéroport débarqué par les nouveaux actionnaires

ECONOMIE A la tête de l’aéroport Toulouse-Blagnac depuis 1999, Jean-Michel Vernhes est poussé vers la sortie par Casil Europe, le consortium d’actionnaires chinois qui détient 49,99 % du capital…

Béatrice Colin
— 
Jean-Michel Vernhes, le directeur de l'aéroport et Anne-Marie Idrac, la nouvelle présidente du Conseil de surveillance.
Jean-Michel Vernhes, le directeur de l'aéroport et Anne-Marie Idrac, la nouvelle présidente du Conseil de surveillance. — H. M"nal - 20 Minutes

Un débarquement à l’aéroport de Toulouse-Blagnac auquel personne ne s’attendait vraiment. Jeudi, les employés de la société gestionnaire de la plateforme ont appris de la bouche même de Jean-Michel Vernhes, le président du directoire, qu’il ne serait plus aux commandes d’ATB l’an prochain selon une information de La Tribune dont 20 Minutes Toulouse a eu confirmation.

Renouvelé en mars dernier, le Toulousain aux commandes de l’aéroport depuis 1999 aurait dû occuper son poste au moins encore trois ans, jusqu’à la limite d’âge fixé à 70 ans.

Mais les nouveaux actionnaires, Casil Europe, un consortium chinois qui détient 49,9 % du capital, en a décidé autrement. Ces derniers ont d’ores et déjà mandaté un cabinet de recrutement pour trouver un remplaçant à Jean-Michel Vernhes, qui devra dès son arrivée plancher sur le nouveau contrat de régulation économique (CRE) signé avec l’Etat qui prendra effet à partir de 2019.

Cette nouvelle est selon des salariés « un très mauvais signal ». Et il pourrait attiser les critiques déjà nombreuses à l’encontre des actionnaires chinois représentés par Anne-Marie Idrac, présidente du Conseil de surveillance de la société gestionnaire de l’aéroport.

L’actionnaire chinois objet de critiques

Les représentants des collectivités locales (région, département et métropole qui détiennent chacune 5 % du capital) ainsi que la chambre de commerce (25 %) étaient déjà montés au créneau en 2016 et juin dernier lorsque Casil avait fait voter le versement d’une partie des réserves d’ATB constituées avant l’arrivée de ce nouvel actionnaire. Lors des votes, l’Etat, qui possède encore 10,01 % des parts, avait validé la décision de Casil.

>> A lire aussi : Toulouse: Les actionnaires de l'aéroport touchent des dividendes issues des réserves

En avril, l’Etat pourra vendre ses 10,01 %

Un autre dossier qui risque de faire débat entre les différents actionnaires d’ici peu. A partir du 17 avril, l’Etat aura la possibilité de revendre ses parts. Et s’il décide de le faire Casil sera prioritaire. « Nous allons batailler pour que l’Etat conserve ses 10,01 % et que la puissance publique reste majoritaire. L’aéroport est un équipement stratégique », relève Pascal Boureau qui représente le département au sein du conseil de surveillance.

D’autant que la plateforme connaît depuis plusieurs mois une croissance exceptionnelle, enregistrant depuis le début de l’année une hausse de 16,8 % de son trafic passagers.

Cette éviction intervient au moment même où des élus de Toulouse Métropole ont décidé de déposer une motion lors de la prochaine réunion des élus de la collectivité demandant de prendre position sur la gestion financière de Casil.