Toulouse: Bonne nouvelle, la 4G dans le métro déboule très, très bientôt

TRANSPORTS A la mi-novembre au plus tard, le métro de Toulouse sera entièrement connecté. Il deviendra le premier de France à offrir la 4G, partout, à ses usagers…

Helene Menal

— 

Dans le métro toulousain. Illustration.
Dans le métro toulousain. Illustration. — B. Colin / 20 Minutes
  • La 4G dans le métro de Toulouse arrivera au plus tard mi-novembre.
  • L’installation coûte 10 millions d’euros, essentiellement supportés par les opérateurs.
  • Elle nécessitera de nouvelles règles de cohabitation dans les rames.

Envie d’une petite série dans la rame avant d’aller au turbin ? De gagner du temps en lisant ses mails sur le trajet, voire d’appeler votre belle-mère, comme ça, de bon matin ? Plus que quelques semaines à trépigner. « En octobre ou mi-novembre au plus tard », la 4G tant attendue sera disponible dans le métro de Toulouse qui pour l’instant fait office de vrai tunnel de détox en matière de connexion.

>> A lire aussi : Rennes: Pour la 3G et la 4G dans le métro, il va encore falloir attendre

« Notre objectif était un lancement en septembre mais l’arrêt de la ligne A cet été a un peu retardé le chantier. Nous sommes en train de finaliser les tests », indique Bertrand Serp, adjoint au maire en charge du Numérique. « Nous aurons le tout premier métro de France, entièrement équipé, d’un bout à l’autre des lignes », ajoute l’élu. Car le service sera opérationnel aussi bien dans les stations que dans les rames en circulation.

Des règles de cohabitation

L’élu est aussi assez « fier » de la façon dont l’opération a été bouclée : les quatre opérateurs historiques ont signé un accord avec Toulouse Métropole et financé chacun à hauteur de deux millions l’infrastructure qui en coûte dix au total. « Les deux millions investis par la collectivité seront amortis en 5 à 9 ans grâce à une redevance payée par les opérateurs », précise Bertrand Serp.

>> A lire aussi : IFA 2017: Les smartphones se projettent en 3D

L’autre chantier est celui de la « cohabitation » entre les geeks et ceux qui aspirent à des trajets tranquilles. Il y aura des panneaux avec quelques règles d’usages - et de bon sens - à respecter, notamment en matière de volume sonore.