TFC: Humilité, plaisir et amour du foot... Le Giannelli Imbula nouveau est arrivé

RENAISSANCE Prêté au TFC par Stoke City, Giannelli Imbula veut se rappeler au bon souvenir des observateurs de la Ligue 1 après deux saisons loin des radars…

Nicolas Stival

— 

Giannelli Imbula, le nouveau milieu de terrain du TFC, le 4 septembre 2017 au Stadium de Toulouse.
Giannelli Imbula, le nouveau milieu de terrain du TFC, le 4 septembre 2017 au Stadium de Toulouse. — N. Stival / 20 Minutes
  • Ancien grand espoir du foot français, Giannelli Imbula revient en L1 après deux années aux oubliettes, à Porto puis à Stoke City.
  • Le milieu de bientôt 25 ans, un temps réputé pour son gros ego, fait désormais profil bas.

Ses deux saisons ratées à l’étranger, ses contacts avortés cet été avec Monaco ou Lyon… Si les fans de Giannelli Imbula s’attendaient à ce que l’ancien Marseillais s’épanche sur ses récents déboires lors de sa présentation à la presse, ce lundi midi au Stadium de Toulouse, c’est raté. « J’essaie de regarder devant, lâche le milieu de terrain prêté sans option d’achat par Stoke City au TFC. Je n’ai pas envie de parler beaucoup du passé. » Tout juste reconnaît-il que ces échecs l’ont « fait grandir ».

>> A lire aussi : Egaré en Angleterre, l'ancien Marseillais Giannelli Imbula devrait se relancer au TFC

Maillon fort de la Ligue 1 édition 2014-2015 avec l’OM sous les ordres de Marcelo Bielsa, l’ancien Guingampais s’est perdu au FC Porto (pendant six mois) et ensuite chez les « Potters » (pendant un an et demi). Transféré pour 20 millions d’euros au Portugal puis pour 24 millions en Angleterre, Imbula revient aujourd’hui en France en catimini. « Je veux juste reprendre du plaisir, dans un championnat que je connais et dans un club familial. Mon but, c’est d’enchaîner une saison complète. Après on verra… »

Un ton modeste et a priori sincère, à mille lieues de l’image d'« Imbulard », le méchant surnom qui lui avait été décerné à Marseille lorsque son ascension express semblait lui être montée à la tête. Le natif de Vilvorde, en Belgique, arrivé en région parisienne alors qu’il n’avait que quelques jours, s’apprête à fêter ses 25 ans, le 12 septembre.

Pascal Dupraz « m’a tenu un discours humain, pas sur le football »

L’âge de la maturité ? Peut-être, si l’on en croit la teneur de ses échanges avec Pascal Dupraz, l’entraîneur du TFC qui a tout fait pour attirer le patron de l’entrejeu dont il rêvait : « Le coach m’a parlé de mon état d’esprit, m’a demandé si j’aimais encore le foot, comment je me sentais… Il m’a tenu un discours humain, pas sur le football. » Reste à savoir si la complicité intellectuelle entre les deux hommes franchira l’épreuve du temps. L’athlétique Imbula (1,86 m, 84 kg) veut apporter à Toulouse sa « justesse technique », son « jeu vers l’avant » et sa « percussion ». « C’est déjà bien », sourit celui qui voit sa nouvelle équipe capable de finir dans « les dix premiers de L1 ».

Encore juste physiquement, faute de préparation adéquate avec Stoke City, l’ancien international Espoirs français se tient pourtant prêt à jouer dès samedi à Troyes. « Je ne serai pas à 100 %, je manque de sensations et un peu de foncier », prévient celui qui peut jouer pour les Bleus, la Belgique ou la République démocratique du Congo, d’où vient sa famille. « Si je fais le boulot avec le TFC, j’aurai d’autres ambitions », confie simplement Imbula, sans dire vers quelle nation son cœur balance. Pour l’instant, l’heure est à la reconstruction dans l’ombre.