TFC: Cinq raisons de voir l'avenir en rose malgré la raclée à Paris

FOOTBALL Le TFC a encaissé six buts dimanche face à un PSG injouable. Pas de quoi déprimer pour autant du côté des fans…

Nicolas Stival

— 

Auteur de l'ouverture du score à Paris, l'attaquant du TFC Max-Alain Gradel est félicité par Alexis Blin, le 19 août au Parc des Princes, en Ligue 1.
Auteur de l'ouverture du score à Paris, l'attaquant du TFC Max-Alain Gradel est félicité par Alexis Blin, le 19 août au Parc des Princes, en Ligue 1. — Th. Samson / AFP
  • Après trois journées (deux défaites, une victoire), le TFC a déjà encaissé neuf buts, dont six dimanche à Paris.
  • De nombreux éléments peuvent toutefois laisser croire à une saison meilleure que la précédente, bouclée à la 13e place de Ligue 1.

Certains supporters toulousains ont vécu un début de semaine pénible à la machine à café du boulot ou au boulodrome du camping. Les fans du PSG de plus ou moins fraîche date ne les ont pas ratés, forcément. Avec six buts encaissés dont quatre en supériorité numérique, quelques phases de jeu humiliantes pour leurs couleurs –la désormais fameuse « lambretta » de Neymar, notamment –, l’occasion était trop belle. Pourtant cette raclée pourrait annoncer des lendemains qui chantent. Dès samedi contre Rennes ?

Plus qu’un match à jouer contre le PSG. Avec un Neymar à ce niveau stratosphérique, appuyé par des lieutenants du niveau de Rabiot, Di Maria ou Cavani, Paris semble programmé pour marcher sur la Ligue 1. D’autres équipes vont prendre la foudre au Parc ou chez elles. Pour le TFC, il ne reste plus qu’un match à jouer face aux extraterrestres de la capitale, le week-end du 10 février 2018 au Stadium. Et comme l’équipe de Pascal Dupraz s’est également « débarrassée » du déplacement chez le champion de France en titre monégasque (défaite, 3-2), une semaine avant de dominer Montpellier à domicile (1-0), le plus dur est peut-être passé, après trois petites journées à peine.

>> A lire aussi : Pascal Dupraz s’incline face au talent du PSG… et allume ses jeunes remplaçants

Les promesses de Max-Alain Gradel. Tout juste débarqué, déjà aligné. Quatre jours à peine après son arrivée en prêt de Bournemouth (Premier League), Max-Alain Gradel a retrouvé la Ligue 1, deux ans après l’avoir quittée. L’ex-Stéphanois, titularisé côté gauche, a très vite marqué son quinzième but lors de ses quinze derniers matchs de championnat français. Surtout, l’international ivoirien a affiché des qualités de percussion et de vitesse qui manquaient terriblement à l’éventail offensif toulousain. Très prometteur…

Le mercato n’est pas fini. Vous trouvez l’entrejeu du TFC pas folichon en ce début de saison ? Dupraz est d’accord. D’ici le 31 août, le technicien attend encore deux joueurs, dont un milieu relayeur expérimenté. La piste menant au Lyonnais Jordan Ferri s’avère aussi sérieuse que tortueuse, car le président de l’OL Jean-Michel Aulas privilégie un transfert au prêt souhaité par le TFC. Mais avec ce taulier, associé au rugueux Cahuzac, au sérieux Somalia ou aux jeunes Blin ou Sangaré, les Violets pourront voyager.

Le retour d’Issa Diop. Le dos est à Issa Diop ce que le talon était à Achille. Déjà blessé à cet endroit la saison dernière, l’immense espoir du TFC a raté la préparation estivale ainsi que les deux premières journées de L1, avant un retour contre Paris. Plutôt solide les trois quarts du temps, Diop a fini par sombrer comme son compère de la charnière Christopher Jullien (et les autres…) dans l’épilogue du match. Mais la reconstitution de la défense titulaire en 2016-2017 (41 buts encaissés, quatrième meilleur total de L1) augure des lendemains plus étanches.

>> A lire aussi : «Il marque des buts comme dans Olive et Tom», Neymar encensé par ses coéquipiers

Les promesses de Kelvin Amian. Depuis le départ de Serge Aurier à l’été 2014, le poste de latéral droit n’a pas trouvé de locataire fixe, entre blessures et méforme. Si Steeve Yago et Clément Michelin postulent aussi, Kelvin Amian semble bien parti pour régler la concurrence. L’international Espoirs de 19 ans est sans doute le meilleur Toulousain de ce début de saison. Très solide défensivement, il affiche aussi de nets progrès en attaque. Le centre décisif pour Gradel, dimanche au Parc, précédé d’un grand point sur Layvin Kurzawa, en témoigne.