TFC: Pascal Dupraz s’incline face au talent du PSG… et allume ses jeunes remplaçants

FOOTBALL L’entraîneur toulousain a reconnu la supériorité parisienne, mais critiqué les mauvaises prestations de ses remplaçants lors de la raclée reçue dimanche soir au Parc des Princes…

Nicolas Stival

— 

Le Parisien Neymar échappe au Toulousain Corentin Jean, lors du match de Ligue 1 entre le PSG et le TFC, le 20 août 2017 au Parc des Princes.
Le Parisien Neymar échappe au Toulousain Corentin Jean, lors du match de Ligue 1 entre le PSG et le TFC, le 20 août 2017 au Parc des Princes. — Alfonso Jimenez/Shutter/SIPA
  • Pour le technicien toulousain, le talent du PSG n’explique pas à lui seul le score très lourd.
  • Les remplaçants entrés en jeu (Jean, Machach, Michelin) sont dans le collimateur.

En même temps, même le plus chauvin des supporters toulousains ne peut que reconnaître l’écart de niveau (proportionnel à celui du budget) entre le PSG et le TFC. Pascal Dupraz s’est logiquement incliné devant plus fort que son équipe, balayée dimanche soir (6-2) dans un Parc des Princes rendu fou d’amour par les prouesses de Neymar. « Paris nous a été supérieur, sans contestation, a reconnu le technicien des Violets. C’est juste dommage qu’une fois que Verratti se soit fait expulser, nos joueurs se sont arrêté. »

>> A lire aussi : Porté par un grand Neymar, Paris a envoyé le bus de Toulouse à la fourrière (6-2)... Revivez le live...

« Ils ne m’avaient pas habitué à ça »

A onze contre dix pendant plus d’une demi-heure, le TFC a encaissé un cinglant 4-1, ce qui fait tout de même désordre. « A 3-2 [après le but contre son camp de Thiago Silva, 78e], si on n’avait pas abandonné, si des entrants jeunes avaient considéré qu’il faillait davantage courir que marcher, on aurait pu faire un meilleur résultat, bougonne Dupraz. Je ne me l’explique pas. Ils ne m’avaient pas habitué à ça. Toulouse est réputé difficile à bouger. J’ai besoin de parler avec eux, de les écouter, même s’ils ne vont pas toujours rencontrer Neymar. »

De qui le Savoyard parle-t-il ? Entré à la pause à la place de Jimmy Durmaz, l’attaquant Corentin Jean (22 ans) n’a pourtant pas démérité. Son corner bien tiré est même à l’origine de la réduction du score à 3-2. L’ancien Monégasque a juste eu la malchance de se trouver face au génie brésilien lorsque celui-ci a décidé de tenter un coup du sombrero aussi somptueux qu’irrespectueux à ses dépens.

En revanche, Zinédine Machach (21 ans) et Clément Michelin (21 ans), respectivement lancés aux 58e et 62e minutes, n’ont jamais sorti la tête de l’eau face aux vagues parisiennes. Mais des titulaires comme Ola Toivonen ou Alexis Blin sont également complètement passés à côté de leur sujet. On saura vendredi, lors de l’annonce du groupe toulousain appelé à accueillir Rennes, le lendemain au Stadium, si cette raclée parisienne a fait des victimes, en scrutant la colonne « choix de l’entraîneur ».