Tarbes: Une réunion prévue en préfecture après la construction d'un mur anti-migrants

POLEMIQUE Vendredi, les acteurs de ce projet, dont les opposants, sont conviés à la préfecture des Hautes-Pyrénées pour trouver une solution avant l'arrivée des migrants début août...

J.R. avec AFP

— 

L'hôtel Formule 1 doit devenir un centre d'accueil pour migrants.
L'hôtel Formule 1 doit devenir un centre d'accueil pour migrants. — Capture d'écran Google street view

Une réunion est programmée vendredi à la préfecture des Hautes-Pyrénées suite à la construction lundi d’un mur anti-migrants lundi par des riverains opposés à l’arrivée d’un centre pour demandeurs d’asiles à Séméac, dans l’agglomération de Tarbes.

Réunion avec toutes les parties

Une dizaine de riverains et commerçants ont érigé ce mur de 2 mètres de haut et 18 mètres de long, bloquant l’accès d’un hôtel destiné à recevoir les migrants. L’ouvrage « a été édifié sur une propriété privée, avec l’accord du propriétaire » et a « pour effet d’enclaver complètement la parcelle de l’hôtel », indique la préfecture, qui précise que « l’hôtel est vide et qu’aucun trouble à l’ordre public n’est pour le moment engendré par cet état de fait ».

>> A lire aussi : Tarbes: Des militants construisent un mur pour empêcher la venue de migrants

Afin de « mettre fin au plus vite à cette situation de blocage, et en parallèle des éventuelles actions juridiques que les uns et les autres pourraient engager », la préfecture a ouvert des discussions avec l’ensemble des parties, qu’elle réunira dans ses locaux vendredi matin. La réunion rassemblera les opposants au projet, l’Adoma (ex-Sonacotra) qui doit gérer le centre d’accueil, la commune et les autorités préfectorales.

Le Collectif se défend d’être anti-migrants

Les opposants au projet, réunis dans le Collectif Séméac, ont défendu mardi leur initiative, plaidant que « c’est un symbole qu’a volontairement choisi l’association pour attirer l’attention sur le procédé opaque des pouvoirs publics qui placent la commune et ses habitants devant le fait accompli ». Le Collectif assure « ne pas être contre l’accueil des migrants ».

Cet hôtel Formule 1 fait partie des 62 établissements premier prix du groupe AccorHotels rachetés par la SNI, filiale de la Caisse des dépôts, pour devenir des structures d’hébergement et d’accueil. L’hôtel a une capacité d’accueil de 85 personnes. Les demandeurs d’asile, dont environ la moitié d’enfants, doivent arriver à Séméac le 2 août.