Toulouse: La mairie lance sa bouée de sauvetage pour les piscines

SOCIETE Près de 30 millions d’euros vont être investis dans les bassins toulousains, pointés pour leur vétusté, d’ici 2025…

Julie Rimbert

— 

Illustration de maître nageur à la piscine Nakache, le 23/08/2011 Toulouse
Illustration de maître nageur à la piscine Nakache, le 23/08/2011 Toulouse — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES
  • Avec ce plan piscines, le volume en eau pour les nageurs toulousains augmentera de 6 %
  • Deux bassins nordiques, utilisables toute l’année et moins chers en fonctionnement, seront créés

La mairie de Toulouse se plonge dans le grand bain… de l’épais dossier des piscines. Elle vient d’annoncer un plan de 30 millions d’euros d’investissement pour rénover les piscines toulousaines vieillissantes.

Création de bassins nordiques

Jusqu’en 2025, c’est donc un traitement de choc que vont connaître les bassins toulousains. « Cela ne pouvait plus durer de mettre des pansements sur ces équipements municipaux, ce plan a une vision globale qui permet de trouver un équilibre pour satisfaire les scolaires, les clubs et les familles », assure Laurence Arribagé, adjointe aux sports.

>> A lire aussi : Pour les piscines, les vannes sont coupées à Toulouse

La municipalité va ainsi créer deux bassins d’apprentissage dans les piscines Toulouse-Lautrec et Papus et mise sur les bassins nordiques, en extérieur mais utilisables toute l’année puisque chauffés, en transformant un bassin à Bellevue livré en septembre 2019 et en créant un autre à Toulouse-Lautrec. Ce type de bassin permet de baisser la facture énergétique avec un coût de fonctionnement moitié moins cher.

Réhabilitation lourde à Alban-Minville et Lagrange

Côté réhabilitation, la piscine Alban-Minville va subir un lifting pour 4,4 millions d’euros. Les deux bassins, les plages et les vestiaires seront refaits et un espace aqualudique créé. Pour la piscine Léo-Lagrange, c’est le toit qui sera retapé et un mur mobile installé pour accueillir des publics différents en même temps.

Pour François Briançon, élu d’opposition et ancien adjoint aux sports (PS), « ce plan est à la hauteur mais pêche à l’échelle de l’agglomération car des piscines comme celles de Muret et Colomiers auraient eu besoin d’être repensés. Il en va de même pour la piscine Ancely où la fréquentation aurait pu repartir si les investissements avaient été faits ».

Au total, le volume en eau pour les nageurs toulousains augmentera de 6 %, soit 870 m2 supplémentaires de plan d’eau.