Remaniement: Qui est la Toulousaine Nicole Belloubet, nouvelle ministre de la Justice?

GOUVERNEMENT A 62 ans, cette juriste, ancienne élue socialiste de Toulouse, rejoint le gouvernement d’Edouard Philippe en remplacement de François Bayrou…

J. Rimbert et B. Colin

— 

Toulouse, le 12 février 2013. Nicole Belloubet lors de sa nomination au Conseil Constitutionnel.
Toulouse, le 12 février 2013. Nicole Belloubet lors de sa nomination au Conseil Constitutionnel. — Fred.Scheiber
  • Membre du Conseil constitutionnel, Nicole Belloubet devient ministre de la Justice
  • A 62 ans, cette ancienne élue PS a été première adjointe au maire de Toulouse et 1re vice-présidente de la région Midi-Pyrénées

Sa nomination au Conseil constitutionnel en février 2013 en avait surpris plus d’un, y compris elle-même. L’arrivée de Nicole Belloubet à la tête du ministère de la Justice risque encore de produire le même effet.

>> A lire aussi : Démission du gouvernement: Comment Bayrou justifie son départ

A 62 ans, cette professeure de droit communautaire a eu une vie politique avant d’intégrer le cercle fermé des neuf sages.

Rectrice, elle avait démissionné

Après avoir été candidate à l’investiture socialiste pour les municipales de 2008 à Toulouse, elle était devenue première adjointe à la Culture de Pierre Cohen lorsque celui-ci avait conquis le Capitole. Elle avait quitté deux ans plus tard sa fonction d’adjointe et était redevenue simple conseillère municipale pour endosser le costume de 1re vice-présidente de la région Midi-Pyrénées en charge de l’Education.

Un de ses faits d’arme notable se déroule en 2005, sous le gouvernement Raffarin. Alors rectrice de l’Académie de Toulouse, Nicole Belloubet décide de démissionner de son poste au motif qu’elle ne pouvait « plus appliquer une politique que je n’approuvais pas ».

>> A lire aussi : Nicole Belloubet, la culture en mouvement

Mère de trois enfants, la nouvelle Garde des Sceaux est issue d’une famille modeste de l’Aveyron et a grandi à Paris où sa mère tenait un hôtel. C’est sur les bancs de la Sorbonne que son engagement politique prend forme.

Elle rêvait de devenir professeur, mais privée de bourse de thèse, elle mit quinze ans à y arriver tout en élevant ses deux premiers enfants indiquait-elle à 20 Minutes Toulouse il y a quelques années. Une ténacité qu'elle devra certainement mettre à profit au cours des prochaines semaines…