Grâce à la mission Rosetta, on en sait désormais plus sur l'origine du gaz xénon sur la Terre

SCIENCES Les données récoltées par la sonde Rosetta ont permis à une équipe internationale de scientifiques de comprendre l’origine du xénon, un gaz rare, sur Terre…

B.C.

— 

Cette photo, diffusée le 19 septembre 2014 par l'Agence spatiale européenne, montre la comète "Tchouri" alors que Rosetta était à 28,6 km de sa surface
Cette photo, diffusée le 19 septembre 2014 par l'Agence spatiale européenne, montre la comète "Tchouri" alors que Rosetta était à 28,6 km de sa surface — - ESA/ROSETTA/NAVCAM

Le 30 septembre 2016, Rosetta rejoignait Philae sur la comète Tchouri. Mais si la sonde est désormais muette, cette mission scientifique n’a pas fini de livrer toutes ses découvertes.

>> A lire aussi : Mission Rosetta: «Nous avons un million de fois plus de données sur les comètes»

Une équipe de chercheurs du CNRS et des universités de Toulouse-3, d’Aix-Marseille, d’Orléans et de Lorraine viennent ainsi de dévoiler les secrets de l’origine du xénon terrestre dans un article paru vendredi dans le magazine Science.

Ce gaz, l’un des plus rares et plus chers, est un marqueur des processus de formation du Système solaire. Mais pendant longtemps, son origine a été un mystère pour les spécialistes.

Importé par les comètes et astéroïdes

Grâce à la mission, un pan de voile vient de se lever.  L'instrument Rosina, présent sur la sonde, a reniflé l’atmosphère de la comète Tchouri avec l’objectif de déterminer sa composition. L’analyse de toutes les données récoltées a ainsi permis de démontrer que « le xénon primitif apporté sur Terre durant les premières phases de formation du Système solaire serait issu d’un mélange de xénon provenant des comètes et des astéroïdes », indiquent les scientifiques.

Ainsi 22 % de ce xénon proviendraient des comètes et le reste des météores, selon l’équipe de chercheurs.