Toulouse: Non, tout n'est pas rose dans l'aéronautique

ECONOMIE A quinze jours du Salon aéronautique du Bourget, la CGT d’Airbus et de ses sous-traitants pointe l’absence de grand programme, dont les sociétés d’ingénierie font les frais…

Helene Menal

— 

A Colomiers, l'usine d'assemblage de l'A350 XWB, le dernier né d'Airbus
A Colomiers, l'usine d'assemblage de l'A350 XWB, le dernier né d'Airbus — Fred.Scheiber
  • Pour la première fois, la CGT aura un stand au Salon aéronautique du Bourget
  • L’occasion de relayer l’inquiétude des salariés de ce secteur si prospère
  • Airbus a un carnet de commandes de plus de 1.000 milliards de dollars

Dans deux petites semaines, le Salon aéronautique du Bourget ouvrira ses portes près de Paris avec ses contrats mirobolants, ses cocktails, ses annonces et ses rendez-vous d’affaires. Le tout, dans un contexte idyllique puisqu’ Airbus, le géant du secteur, affiche un carnet de commandes de plus de 1.000 milliards de dollars, de quoi occuper ses usines d’assemblage durant 10 ans.

« R & D en panne »

Mais la CGT a décidé de casser l’ambiance et de jouer les empêcheurs de voler en rond. Pour la première fois de son histoire, le syndicat va planter lui aussi un stand sur la moquette ouatée du Bourget pour relayer l’inquiétude des salariés de ce secteur si prospère.

>> A lire aussi : Airbus invente l'avion avec toit panoramique (mais ce n'est pas pour vous)

A Toulouse, la coordination CGT aéronautique Midi-Pyrénées, qui réunit airbusiens comme sous-traitants, s’inquiète surtout de « l’arrêt des grands programmes ». En l’absence de nouvel avion dans les tiroirs, Airbus fait de moins en moins appel aux bureaux d’études sous-traitants. « Il y a une véritable mise en souffrance dans l’ingénierie qui subit de plein fouet la baisse des charges », souligne Xavier Petrachi, syndicaliste chez Airbus. « Chez nous, la baisse des effectifs a été d’environ 10 % en 2016 », ajoute Robert Amade, de Sogeti High-Tech, qui pourrait multiplier les exemples.

Sans compter Latécoère, un gros sous-traitant centenaire et mythique, qui vient d’être racheté par deux fonds d’investissement et prévoit pour la première fois de son histoire des licenciements secs.

>> A lire aussi : Un gros projet immobilier sur le site historique de Latécoère

Cinq cégétistes (Airbus, Latéocoère, Sogeti, Altran, Asystem) de la région toulousaine ont pris la plume pour dénoncer « Une R & D en panne ». Leur livre s’intitule Comment nous résistons à la casse sociale chez Airbus et ses sous-traitants aux éditions - évocatrices - Le Vent se lève. Il sera présenté au Bourget mais pas sûr qu’ils enchaînent les dédicaces.