Toulouse: Mélenchon somme Macron de dévoiler sa réforme du travail (et classe Trump dans les «crétins bornés»)

LEGISLATIVES Jean-Luc Mélenchon a fait un détour, en péniche, dans la Ville rose pour soutenir les candidats « insoumis ». Il a parlé d’écologie et du Code du Travail, ciblant Trump et Emmanuel Macron…

Hélène Ménal
— 
Jean-Luc Mélenchon sur une péniche sillonnant le Canal du Midi, le 5 juin 2017, à Toulouse.
Jean-Luc Mélenchon sur une péniche sillonnant le Canal du Midi, le 5 juin 2017, à Toulouse. — H. Menal - 20 Minutes
  • Pour Pentecôte, Jean-Luc Mélenchon était à Toulouse où il est arrivé premier à la présidentielle
  • Il s’est promené en péniche pour soutenir les candidats de la France insoumise
  • Il a demandé à Emmanuel Macron de dévoiler sa réforme du Code du Travail avant les élections

Un Toulousain sur trois a voté Mélenchon lors du premier tour de la présidentielle, le plaçant en tête. Les candidats de la France insoumise ont toutes les raisons d’espérer surfer sur la vague à une semaine des législatives et c’est en péniche que leur leader est venu les y aider.

Avec quatre escales musicales sur leCanal du Midi, sur des airs d’accordéon et de clarinette, devant un public scandant « Résistance ! », et deux cibles du jour dans la lignée des thèmes de campagne : l’écologie et la défense des travailleurs.

Trump, un « crétin borné »

Sa première cible, facile, c’est Donald Trump, qu’il prononce "Tromp". « Il ne comprend pas que l’atmosphère est la même pour tous les habitants de la planète, s’est énervé Jean-Luc Mélenchon. Il fait parie des climatosceptiques mais c’est un mot savant pour dire crétin borné ». D’ailleurs, au passage, le tribun s’offusque qu’Emmanuel Macron se croit obligé de lui répondre en anglais, histoire de chauffer les berges, et d’amener dans le viseur de ses partisans sa deuxième cible : un président de la République en plein état de grâce.

>> A lire aussi : Réforme du code du travail: Le calendrier gouvernemental des ordonnances dévoilé

La réforme du travail, « votre pire cauchemar »

Jean-Luc Mélenchon reproche àEmmanuel Macron et à son gouvernement de ne pas dévoiler le contenu exact de sa réforme du Code travail. En somme, il ne trouve pas « loyal » de ne pas dire avant l’élection « à quelle sauce il a l’intention de manger les acquis sociaux ». « Parce le Code du travail, c’est pas le Code de la route ? Chaque page c’est de la sueur et des larmes (…)», a lancé Jean-Luc Mélenchon, promettant aux travailleurs « leur pire cauchemar ».​

​Mais pour Marianne, une Toulousaine fermement décidée à applaudir les quatre escales en péniche quitte à entendre quatre fois le même discours et à chanter quatre fois la version « insoumise » des Copains d’abord, c’était du rêve. « Je ne suis pas objective mais je le trouve toute simplement excellent, assure cette ex-communiste. Quelle que soit la question de société qu’on se pose, il a la réponse ». Reste à avoir les députés.