Toulouse: Le festival de photos MAP sur un air de famille

CULTURE Le festival photo MAP revient à Toulouse du 1er au 30 juin pour sa 9e édition autour de la thématique « Histoire de famille », avec des clichés de professionnels mais de photographes amateurs…

Lucie Mayoral

— 

Le festival MAP expose à Toulouse, sur le quai de la Daurade, des clichés de familles partagés sur la plateforme Wipplay.
Le festival MAP expose à Toulouse, sur le quai de la Daurade, des clichés de familles partagés sur la plateforme Wipplay. — Didier Bizet / Wipplay
  • Une trentaine de photographes exposent leurs clichés au Map
  • Des images qui immortalisent des moments familiers : dîners de famille, départs en vacances, etc.

Un pique-nique montagnard dans les Alpes de Haute-Provence, une soirée arrosée d’anniversaire… ces images figées dans le temps viennent du passé, des années 1950, parfois 1970. Des Histoires de famille de photographes qui se dévoilent du 1er au 30 juin sur les murs du Quai de la Daurade à l’occasion du festival MAP.

La famille, thème qui rassemble

Ce rendez-vous de la photo revient en force à Toulouse pour mettre en avant les clichés qu’ils soient de simples amateurs ou de grands noms de la photographie.

Ceux exposés en bord de Garonne sont issus de la plateforme Wipplay, dédiée à l’art photographique, qui permet à chacun de révéler ses talents. Le site a mobilisé sa communauté de 350.000 pour collecter des photos de famille vintage et partager ses souvenirs.

Une trentaine de photos ont été sélectionnées pour l’occasion par Camille Allard, responsable du pôle photo de la plateforme et Ulrich Lebeuf, directeur artistique du Festival MAP.

Ces images immortalisent des moments familiers tels que les dîners de famille ou les départs en vacances. « C’est une thématique qui rassemble », selon Pierre Garrigues, le président du festival qui renouvelle pour la quatrième année consécutive ces expositions collaboratives en partenariat avec Wipplay.

D’autres expositions sont programmées tout au long du mois aux musées Paul-Dupuy et Georges-Labit ainsi qu’à la galerie M.