Toulouse: UberEats débarque dans la course folle de livraisons de repas à domicile

CONSOMMATION Après s’être implantée à Paris et quatre autres villes de province, la société américaine déploie à Toulouse son service de livraison de repas à domicile…

Béatrice Colin

— 

Un livreur d'UberEATS.
Un livreur d'UberEATS. — SIPA
  • Il existe d’autres services de livraisons à domicile à Toulouse, notamment Deliveroo depuis plus d’un an
  • Une centaine de restaurants sont référencés par l’application UberEats

Après AlloResto, Deliveroo en 2016 ou encore Foodora il y a 15 jours, UberEats débarque ce mardi dans la Ville rose. Dans la course folle à la livraison de repas à domicile, le nouveau venu compte tirer son épingle du jeu sur le marché toulousain.

Dans un secteur de plus en plus concurrentiel, difficile de mettre en avant un temps de livraison de 30 minutes après une commande pour faire la différence quand les concurrents font de même.

100 restaurants référencés

« Mais quand on pense aux besoins, le marché est énorme. Nous notre métier, c’est une technologie poussée », met en avant Stéphane Ficaja, responsable du développement de la marque américaine qui compte déjà 100 restaurants référencés et s’appuie sur un réseau d’une centaine de livreurs à vélo. Ces derniers peuvent aussi travailler pour les autres applications et touchent en moyenne 6 à 7 euros par livraison.

>> A lire aussi : Entre deux livraisons à vélo, c'est quoi une vie de coursier?

Parmi les enseignes qui ont choisi de travailler avec UberEats figure Pitaya, un restaurant de street food thaï.

« J’ai fait le comparatif avec les autres services et UberEats a plusieurs avantages, notamment le fait que les clients peuvent nous noter, qu’il y a aussi la possibilité de juger le livreur », avance Moussa Sangaré, responsable de l’établissement. Il réalise 30 % de son chiffre d’affaires grâce aux livraisons à domicile ce qui lui a permis d’embaucher trois salariés supplémentaires.