Législatives: Les jeux sont plus que jamais ouverts dans le Tarn

POLITIQUE Trois sièges sont à pourvoir dans le Tarn où les résultats de la présidentielle laissent augurer un scrutin plutôt ouvert…

H.M.
Illustration dans un bureau de vote pour l'élection présidentielle
Illustration dans un bureau de vote pour l'élection présidentielle — LODI Franck/SIPA
  • Le Tarn compte trois députés, deux socialistes (dont un ne rempile pas) et un centriste pour l’instant
  • Avec quatre «blocs» aux alentours des 20 %, la présidentielle laisse présager des scrutions serrés
  • Dans son fief, le centriste Philippe Folliot n’a pas l’étiquette de La République en marche mais il a sa bénédiction

Dans le Tarn, 41 candidats, dont deux sortants, briguent trois sièges.

La présidentielle y a, comme partout ailleurs, marqué l’effondrement du Parti socialiste, laissant les premiers rôles à quatre blocs d’importance presque équivalente : le FN, qui depuis une vingtaine d’années fait de beaux scores dans ce département du Sud-Ouest semi-rural, la « Macronie », la France insoumise et la droite républicaine. De quoi laisser envisager des triangulaires, voire des quadrangulaires serrées si la participation n’est pas trop faible.

Le cas Philippe Folliot dans la 1re circonscription. A priori, Philippe Folliot a tout pour lui. Le quinquagénaire centriste peut compter sur la prime au sortant puisqu’il se représente dans la circonscription dont il est le député depuis trois législatures.

Philippe Folliot, le député centriste de la 1e circonscription du Tarn brigue un 4e mandat avec la bénédiction de La République en marche.
Philippe Folliot, le député centriste de la 1e circonscription du Tarn brigue un 4e mandat avec la bénédiction de La République en marche. - Witt - Sipa

Celui qui a rallié le candidat Macron précocement a, de plus, la bénédiction de La République en marche (LREM), qui n’a pas investi de candidat dans son fief. Sans pour autant l’autoriser à porter l’étiquette pour cause de cumul des mandats dans le temps. Un mal pour un bien peut-être puisque Philippe Folliot concourt dans la circonscription la plus à droite du Tarn. Avec tout de même un petit caillou dans la chaussure : le « marcheur » dissident Pierre Laporte.

Chez Jean-Jaurès, Mélenchon fait recette. Dans la deuxième circonscription du Tarn, qui comprend le Carmausin, fief de Jaurès, et le Gaillacois, le scrutin est plus ouvert que jamais, notamment parce que Jacques Valax, le socialiste sortant, a jeté l’éponge laissant le soin à sa suppléante, Claire Fita, de défendre les couleurs du Parti socialiste dans une circonscription où Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête au premier tour de la présidentielle.

Les résultats du 1er tour de la présidentielle dans la deuxième circonscription du Tarn



Une sortante socialiste fragilisée. Dans la troisième circonscription du Tarn, où Marine Le Pen est arrivée en tête au 1er tour de la présidentielle, la socialiste Linda Gourjade va tenter de préserver son siège. Elle retrouvera son « vieux » rival, le très à droite maire de Lavaur, Bernard Carayon.

Les résultats du 1er tour de la présidentielle dans le Tarn