Grâce à leurs hormones, les hommes sont moins touchés par l’asthme allergique

SANTE Des chercheurs toulousains ont montré que les hormones masculines, notamment la testostérone, jouaient un rôle sur le système immunitaire et protecteur dans le développement de l’asthme allergique…

Beatrice Colin

— 

A l'âge adulte, les femmes sont deux fois plus touchées par l'asthme allergique que les hommes.
A l'âge adulte, les femmes sont deux fois plus touchées par l'asthme allergique que les hommes. — N.GUYONNET / MDS / 20MINUTES
  • L’asthme allergique touche plus de 4 millions de personnes en France
  • A l’âge adulte, l’asthme allergique est deux fois plus fréquent chez les femmes
  • Des chercheurs toulousains et australiens ont démontré le rôle joué par les hormones mâles sur le système immunitaire

Pour 4 millions de personnes en France, il suffit de se trouver en présence de pollens, de poils d’animaux ou encore d’acariens pour que cela se transforme en crise d’asthme allergique. Cette inflammation chronique des voies respiratoires touche plus les garçons que les filles. Mais après la puberté, cette tendance s’inverse.

Deux fois plus fréquent chez la femme

Des chercheurs toulousains du centre de physiopathologie de Toulouse-Purpan (Inserm/UT3/CNRS) se sont intéressés aux facteurs qui pouvaient être à l’origine de cette inversion qui est loin d’être anodine chez l’adulte puisque cette pathologie est deux fois plus fréquente - et sévère - chez les femmes.

Dans une étude récente, dont les résultats viennent d’être publiés dans le Journal of expérimental medecine, l’équipe menée par Jean-Charles Guéry en collaboration avec des chercheurs australiens, a démontré qu’il y avait un lien entre les hormones sexuelles mâles (androgènes), notamment la testostérone, et certaines cellules du système immunitaire qui jouent un rôle dans le développement de la maladie.

En cause des cellules du système immunitaire

Les scientifiques ont ainsi observé que, comme chez l’homme, des souris mâles développaient un asthme allergique aux acariens beaucoup moins sévères que les femelles. Une différence qui n’existait plus lorsque ces mêmes mâles étaient castrés, quand la stérilisation des souris femelles ne changeait rien.

>> A lire aussi : Allergies respiratoires sévères: Des spécialistes tirent la sonnette d’alarme

Or selon ces chercheurs, la testostérone a la capacité d’inhiber le développement de cellules immunitaires présentes dans les poumons. Appelées ILC2, elles produisent des médiateurs de l’asthme.

Une découverte qui permet d’entrevoir des traitements ciblés « avec des molécules qui miment les effets des androgènes », indique Jean-Charles Guéry.