Législatives: Non-voyant, le champion de Cécifoot David Labarre vise l'Assemblée nationale

ELECTIONS L’ancien capitaine de l’équipe de France de Cécifoot David Labarre est le candidat du mouvement de Jean Lassalle dans la huitième circonscription de la Haute-Garonne…

Nicolas Stival

— 

David Labarre, candidat de Résistons ! aux élections législatives des 11 et 18 juin 2017 dans la huitième circonscription de Haute-Garonne.
David Labarre, candidat de Résistons ! aux élections législatives des 11 et 18 juin 2017 dans la huitième circonscription de Haute-Garonne. — DR
  • A 29 ans, David Labarre se lance dans l’arène politique, sous les couleurs de Résistons !, le parti de Jean Lassalle
  • Le capitaine du TFC Cécifoot veut défendre le Comminges et la cause des handicapés

Il a mis sa carrière de sportif de haut niveau en pause, le temps de mener campagne. Capitaine du TFC Cécifoot, après avoir été celui de l’équipe de France jusqu’en 2016, médaillé d’argent aux Jeux paralympiques de Londres en 2012, David Labarre vise désormais l’Assemblée nationale.

Le jeune homme non-voyant, qui fêtera mercredi ses 29 ans, porte l’étendard de Résistons !, le parti créé par Jean Lassalle pour la présidentielle. Il se présente aux élections législatives des 11 et 18 juin dans la huitième circonscription de la Haute-Garonne, au sud du département.

« J’ai vraiment envie de défendre cette région du Comminges, de Cazères à Luchon, lâche le meilleur joueur européen de Cécifoot en 2013. Je veux aussi porter le combat des douze millions de personnes handicapées en France, qui se sentent un peu oubliées. Sans compter leur famille… » Pour l’heure, Damien Abad (LR), élu dans l’Ain en 2012, est le seul handicapé à avoir siégé au Palais Bourbon.

« Jean Lassalle, c’est un mec extraordinaire ! »

L'affiche de campagne de David Labarre avec sa suppléante Anaïs Dedieu aux élections législatives 2017.

Avec sa suppléante Anaïs Dedieu, le candidat écume les routes d’un territoire essentiellement rural et montagnard, loin d’être le plus prospère du Sud-Ouest, qu’il connaît parfaitement pour avoir grandi à Arbon, petit village de 100 habitants.

David Labarre espère faire fructifier le score récolté dans la circonscription par Jean Lassalle le 23 avril : 4,78 % des suffrages exprimés, contre 1,21 % au niveau national. « Jean, c’est un mec extraordinaire, s’enthousiasme-t-il. Je l’ai découvert via un membre de sa famille que je connaissais. Il a voulu me rencontrer pendant la campagne présidentielle, pour mieux comprendre et suivre les problématiques autour du handicap. »

Et le Béarnais n’a pas oublié le Commingeois au moment des législatives. « Jean m’a contacté voici deux semaines et m’a dit : « maintenant, il faut que tu te lances. » Il a voulu que je me présente pour défendre ses valeurs. J’ai grandi ici, toute ma famille vit dans le coin. Je suis vraiment au plus près des gens pour comprendre leurs soucis. »

« Essayez l’aveugle ! »

Le sportif s’est jeté avec passion dans l’aventure politique. « C’est quelque chose qui me motive tous les matins, sourit-il. Je suis super bien reçu. Beaucoup de gens sont réticents au sujet de la politique, ils pensent avoir tout essayé. Alors je leur dis avec humour : "essayez l’aveugle !" »

David Labarre parle sans détour de son handicap, qu’il considère même « comme une force » : « J’ai monté une auto-entreprise, je donne des conférences en motivation pour des associations, des entreprises et des écoles. J’évoque mon parcours de champion handisport et ma vie longtemps compliquée. Aujourd’hui, j’ai réussi à tirer mon épingle du jeu. Cela peut choquer, mais je suis heureux d’être handicapé. Il y a des choses que je n’aurais pas vécues si j’avais pu voir. »

Avec une foi qui déplace les montagnes - ce qui est bien pratique dans le coin - le chevalier de l’ordre national du Mérite (depuis 2013) veut croire en la victoire. « Même si je n’y arrive pas, ce que je ne pense pas car j’ai un esprit de combattant, cette campagne restera une expérience extraordinaire, assure-t-il. Je me suis enrichi de beaucoup de choses et il y a beaucoup de gens derrière moi. Cela donne envie d’aller au bout. »

David Labarre reçoit des mains du Président de la République, François Hollande, les insignes de chevalier de l’ordre national du Mérite, le 22 février 2013 à l'Elysée.
David Labarre reçoit des mains du Président de la République, François Hollande, les insignes de chevalier de l’ordre national du Mérite, le 22 février 2013 à l'Elysée. - J. Demarthon / AFP

Pour cela, il faudra ferrailler avec douze autres candidats, dans cette circonscription pyrénéenne où Marine Le Pen avait terminé en tête du premier tour de la présidentielle (23,56 % des votes), devant Jean-Luc Mélenchon (21,47 %) et Emmanuel Macron (21,31 %).