Toulouse: Le visage de Mélenchon apparaît sur une affiche du PCF, une plainte dans les tuyaux

LEGISLATIVES Rien ne va plus entre la France insoumise et le PCF. A Toulouse, le visage de Mélenchon apparaît sur l’affiche d’un candidat communiste. Une action en justice est envisagée par le candidat insoumis…

Hélène Menal

— 

Une des affiches incriminées, ici à Basso-Cambo, à Toulouse, dans la 4e circonscription de Toulouse.
Une des affiches incriminées, ici à Basso-Cambo, à Toulouse, dans la 4e circonscription de Toulouse. — La France Insoumise
  • « Il y a une volonté délibérée de tromper les électeurs, de créer une confusion », se plaint le candidat de la France insoumise
  • Au PCF, on nie les faits

Ce divorce-là ne paraît pas se faire à l’amiable. A Toulouse, les tensions entre les candidats de La France insoumise et ceux du Parti communiste français (PCF) s’étalent jusque sur les murs.

>> A lire aussi : Mélenchon en tête des intentions de vote dans sa circonscription de Marseille

Et dans la 4e circonscription, où Jean-Luc Mélenchon est arrivé largement en tête au 1er tour de la présidentielle, une affiche en particulier, collée dans le quartier de Basso-Cambo, a mis le feu aux poudres : Un bandeau « votezLuc Ripoll », le candidat communiste, y est surmonté du portrait de Jean-Luc Mélenchon. Et cet amalgame a le don d’énerver Liêm Hoang Ngoc, le « vrai » candidat investi par La France insoumise qui n’exclut pas de porter plainte.

Tromperie délibérée ?

« Nous le ferons ici et au plan national. Car on ne peut pas utiliser le nom de quelqu’un pour faire des voix tout en passant sa vie à dire du mal de lui », s’offusque l’économiste. « Il y a une volonté délibérée de tromper les électeurs, de créer une confusion parce qu’ils voient bien qu’il y a une dynamique de notre côté », poursuit le candidat.

>> A lire aussi : Cinq choses à savoir sur le scrutin en Haute-Garonne

Le PCF réfute cette interprétation. « Nous n’avons jamais imprimé d’affiche avec la photo de Jean-Luc Mélenchon et nous le prouverons, assure Pierre Lacaze, son secrétaire départemental (par ailleurs candidat sur la 1re circonscription). Des affiches qu’on recouvre, c’est le propre d’une campagne électorale mais sans doute que Liêm Hoang Ngoc le découvre. »

« Ce n’est pas correct de polémiquer et d’essayer d’affaiblir le PCF au moment où nous devrions être unis face à la droite et à Macron », ajoute Luc Ripoll, le communiste concerné. « Nous n’avons en aucun cas dérogé à notre éthique et à nos valeurs », conclut-il. Ambiance…