VIDEO. Toulouse: L’Inra porte plainte après le «kidnapping» de ses lapins par des activistes de la cause animale

ANIMAUX Un groupe de militants de la cause animale a mené dimanche une opération coup de poing dans les locaux de l’Inra pour y libérer des lapins. L’établissement vient de porter plainte…

H.M.

— 

Des lapins blancs. Illustrations.
Des lapins blancs. Illustrations. — L. Sojka AP Sipa

Des escabeaux pour enjamber les clôtures, des grandes tenailles pour faire sauter les verrous des clapiers et tout un tas de boîtes grillagées pour exfiltrer les lapins. Voilà l’équipement déployé par les membres du collectif « Boucherie abolition » dans plusieurs vidéos postées dimanche sur leur page Facebook.

>> A lire aussi : Le gouvernement suisse envisage une loi pour limiter la souffrance des homards

Ils y rendent publique une opération coup de poing menée le jour même dans les locaux de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), à Auzeville, dans la banlieue de Toulouse. On y voit les militants vêtus de tee-shirt blancs mener un raid éclair dans un local rempli de cages à lapins. Ils sortent les animaux un à un, scandant des slogans type « J’accuse l’Etat de crime d’engraissement » ou « J’accuse l’Etat de crime eugéniste ».​

Une plainte déposée

« Boucherie abolition » se présente sur les réseaux sociaux comme « un collectif animaliste et abolitionniste » dont l’objectif est de mettre fin « à l’exploitation de nos sœurs et frères animaux ». Il accuse l’Inra de crime « contre l’animalité ».

Mardi matin, l’Inra a condamné « les agissements » de ces « activistes ». L’établissement de recherche déplore, « le vol d’une vingtaine de lapines » et « l’interruption des études scientifiques en cours » qui portaient sur l’alimentation des lapins et « particulièrement sur les liens entre alimentation, santé et microbiote digestif ». Enfin, l’Inra s’inquiète des « gestes inadaptés des activistes pour manipuler les animaux pendant leur intervention » et craint que le kidnapping de femelles gestantes mette leur vie en péril ainsi que celle des lapereaux à naître.

Une plainte a été déposée pour « effraction, dégradations et vols ».