Toulouse: Les locavores, adeptes des produits d'ici, font leur festival

CONSOMMATION Drive fermier, Amap, producteurs locaux ont rendez-vous samedi au premier Locavores Fest de Toulouse, un événement consacré à l’agriculture locale

Beatrice Colin

— 

Un panier de légumes et fruits de saison. (Illustration)
Un panier de légumes et fruits de saison. (Illustration) — A. GELEBART / 20 MINUTES
  • 2.000 personnes sont attendues au Multiple pour cette première édition
  • Il y a de plus en plus de consommateurs de produits locaux dans l’agglomération toulousaine faisant le choix d’une Amap ou de la Ruche qui dit oui

Manger 100 % de produits locaux, c’est possible. Un habitant de Castelnaudary, Stéphane Linou, en a fait l’expérience durant un an en consommant des fruits et légumes cultivés à moins de 150 kilomètres de chez lui. En voisin, ce samedi il partagera avec les Toulousains ses recettes pour devenir un locavore lors de la première édition du festival de l’agriculture locale et des circuits courts consacrée à cette tendance.

>> A lire aussi : Toulouse: Elle transforme les fruits jetés par les supermarchés en confiture

Du food truck à la brasserie, des confitures aux fauxmages végans, les initiatives pour trouver des solutions de consommer local seront présentées aux 2.000 visiteurs attendus au Multiple, allées Maurice-Sarraut.

Diversités d’approvionnement

Initié il y a quelques années par les Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP), qui mettent en relation directement les producteurs et les consommateurs, ce mouvement de fond a depuis été trouvé de nouveaux débouchés. Notamment avec l’arrivée du réseau de communautés " la Ruche qui dit oui", les drive fermier ou encore les marchés de producteurs qui se sont multipliés dans l’agglomération toulousaine.

>> A lire aussi : Toulouse: Un drive fermier débarque en plein centre-ville

« Il est parfois difficile avec les contraintes de la vie moderne d’acheter directement aux producteurs. Nous sommes là pour favoriser le cercle vertueux autour de la consommation locale et durable, pour valoriser les alternatives à la grande distribution et rendre accessible les produits fermiers », plaide Julien Joly, coordinateur du Locavores social club, organisateur de l’événement.

S’il convient qu’il est encore rare de voir des vrais puristes, prêts à se priver de chocolat et café, une partie de la population trouve des solutions en s’approvisionnant auprès de différents réseaux.