Présidentielle: A Cessales, près de Toulouse, les champignons sont plus imprévisibles que les électeurs

REPORTAGE A Cessales, un petit village de la campagne toulousaine, ce deuxième tour est l'occasion de parler d'à peu près tout sauf de politique...

Hélène Menal

— 

Jour de vote à) la mairie de Cessales, un petit village de la campagne toulousaine.
Jour de vote à) la mairie de Cessales, un petit village de la campagne toulousaine. — H. Menal - 20 Minutes
  • Cessales, un petit village près de Toulouse, a placé de peu Marine Le Pen en tête au 1er tour
  • Au bureau de vote, la vie quotidienneet la météo prenent immanquablement le pas sur la politique

A Cessales, un village du Lauragais souvent balayé par le vent d’Autan, près de Toulouse, il y a des traditions immuables : c’est toujours le même habitant, désormais octogénaire, qui ouvre le bal les jours de vote. « Parfois, il attend même devant la mairie dans sa voiture », dit en souriant « Manu » Pouilhès, le maire quadragénaire de cette commune qui au premier tour a placé le FN en tête (avec 30 voix sur 133 votants), pour la deuxième fois après les régionales.

>> Suivez aussi le live par ici

Pour ce second tour, la mairie a reçu sept procurations contre deux au premier tour. Difficile de dire s’il faut y voir un regain de mobilisation dû à une finale inédite ou l’effet d’un week-end de trois jours.

>> A lire aussi : Présidentielle: Mélenchon cartonne à Toulouse

« De toute façon on sait déjà qui, la question c’est juste avec combien », estime Pierre, l’habitant assesseur du matin qui filera bientôt pour un repas de famille. Mais durant la matinée, personne ne viendra confirmer ou démentir son pronostic.

A Cessales, les jours de vote, on parle beaucoup météo, mais très, très peu de politique. On chambre un peu la vedette du premier tour qui était reparti sans signer et que le maire est parti rechercher chez lui pour que son vote soit validé, et puis on se demande si, ça y est, on a « sarclé et planté les tomates ». Et, « avec les trombes d’eau des derniers jours », les Cessalois préfèrent parier sur une poussée de champignons plutôt que sur le nouveau locataire de l’Elysée.

« De toute façon on sait déjà qui, la question c’est juste avec combien »

Le quotidien prend immanquablement le dessus et on en arrive même à discuter des avantages comparés des panneaux thermiques et des panneaux photovoltaïques pour produire son électricité.

Sur le recyclage, tout le monde est d’accord

Emmanuel Pouilhès, dont la mairie n’est pas à proprement parler un moulin en temps normal, a profité du passage de quasiment tous ses administrés pour placer bien en vue, la fiche des nouvelles tournées pour le ramassage des ordures. Il a bien fait. « Quand même, avec le vent qu’il y a ici, on pourrait pas remplacer les caissettes jaunes du tri sélectif par de vrais containers », ose un père de famille. Et sur ce point à Cessales tout le monde vote à l’identique : « Y en marre d’aller ramasser les cartons au fond du jardin ». A côté, la présidentielle, c’est du vent.

Les résultats du 1er tout à Cessales dans la Haute-Garonne