L'aéroport Toulouse-Blagnac, mauvais élève pour sa ponctualité au 1er trimestre

SOCIETE Selon une étude, l’aéroport de Toulouse-Blagnac est la plateforme qui a connu le plus d’incidents au cours du premier semestre…

Béatrice Colin
— 
L'aéroport de Toulouse-Blagnac.
L'aéroport de Toulouse-Blagnac. — B. Colin / 20 Minutes
  • 55.200 passagers auraient ainsi été impactés lors de leur passage à Toulouse-Blagnac
  • L’aéroport est dans le top 3 de ceux ayant eu le plus fort taux de vols annulés ou retardés

L’an dernier, il figurait déjà dans le top 3 des aéroports ayant connu le plus fort taux de vols annulés ou retardés selon un baromètre établit par Gate28, spécialisé dans l’indemnisation des retards aériens. Au premier trimestre, l’aéroport de Toulouse-Blagnac est à nouveau pointé du doigt pour ses problèmes de ponctualité, avec un taux d’incidents supérieur (2,418 %) à ceux connus par Saint-Exupéry (2,112 %), à Lyon, ou Bordeaux-Mérignac (1,655 %).

Impact des mouvements de grève

Entre janvier et fin mars, 55.200 passagers auraient ainsi été impactés lors de leur passage à Toulouse-Blagnac. « Pour l’aéroport de Toulouse-Blagnac, le dernier trimestre de 2016 avait été marqué par 153 incidents, contre 552 en 2017. A Lyon Saint Exupéry, 549 incidents ont émaillé le premier trimestre de l’année contre “seulement” 190 en fin d’année dernière », relève Gate28. Ce phénomène a touché l’ensemble des aéroports français.

« Les retards du premier trimestre sont notamment liés aux mouvements de grève des contrôleurs aériens, et non pas à des incidents comme cette étude le laisse entendre. Pour autant, il est vrai que les divers mouvements sociaux ont eu un impact non négligeable sur le bon déroulement du programme des vols », reconnaît Jean-Michel Vernhes, président du directoire d’Aéroport Toulouse-Blagnac.