Toulouse: Et si la nouvelle ligne de métro était vraiment futuriste?

TRANSPORT Start-up ou grands groupes, Tisséo lance officiellement un appel à idées pour que la future troisième ligne de métro soit bardée d’innovations…

Hélène Ménal

— 

Avec sa troisième ligne de métro, Toulouse veut aussi prendre la rame du futur.
Avec sa troisième ligne de métro, Toulouse veut aussi prendre la rame du futur. — Fred Scheiber/20 Minutes

Imaginez que pendant que vous voyagez dans le métro de Toulouse, l’état du trafic ou la météo en surface, voire une expo, défilent sur les vitres de la rame façon hologrammes. Ou que les fameuses annonces en occitan soient audibles dans n’importe quelle langue par le truchement d’une simple appli. Et qu’enfin ce voyage déjà bien techno flatte aussi votre conscience écologique puisque l’énergie cinétique du convoi est utilisée pour éclairer les stations.

>> A lire aussi : Toulouse: La 4G dans le métro c'est pour l'automne 2017

Science-fiction ? Pas vraiment. Car ces exemples très concrets d’innovations sont déjà cités par Tisséo-SMTC pour la troisième ligne de métro, la fameuse Toulouse Aerospace Express (TAE) qui doit en mise en service en 2024 (date qui pour ses détracteurs est en soi de la science-fiction).

« Parkings intelligents »

Pour prendre vraiment la rame du futur, un très officiel « appel à manifestation d’intérêt » (AMI), autrement dit un grand bocal à idées, vient d’être lancé. « L’enjeu est de faire appel à l’imaginaire du tissu local et à l’intelligence collective », précise Jean-Michel Lattes, le président de Tisséo-SMTC. L’élu attend notamment des propositions en matière de « parkings intelligents » aux terminus, avec par exemple des silos à voitures transformables en bureaux si le besoin s’en fait sentir.

Du grand groupe, à l’ingénieur isolé dans son garage, en passant par la start-up, tout le monde peut faire ami AMI du moment que l’idée high-tech est soumise avant le 28 avril.

>> A lire aussi : Toulouse: Trois choses à savoir sur le financement de la 3e ligne de métro

« Les idées que nous retiendrons avec les ingénieurs feront l’objet d’un contrat de partenariat avec Tisséo », ajoute Jean-Michel Lattes. Elles pourront ensuite figurer dans le cahier des charges du constructeur de la troisième ligne.