Pour l'entraîneur toulousain Ugo Mola, «l’argent rend fou, particulièrement au rugby»

VALEURS DU RUGBY L’entraîneur principal du Stade Toulousain Ugo Mola se montre désabusé face à la crise de gouvernance que traverse le rugby français…

Nicolas Stival

— 

Ugo Mola, l'entraîneur principal du Stade Toulousain, lors d'un match de Top 14 à Paris face au Stade Français, le 8 janvier 2017.
Ugo Mola, l'entraîneur principal du Stade Toulousain, lors d'un match de Top 14 à Paris face au Stade Français, le 8 janvier 2017. — Ch. Saïdi / Sipa

L’ovalie française va mal, notamment à son sommet. Dernier épisode en date ? La Fédération française (FFR) qui invalide la décision de la Ligue nationale (LNR) de faire rejouer deux matchs du Top 14 reportés après la crise issue de la fusion mort-née entre le Stade Français et le Racing 92

Invité à commenter cette désolante actualité, ce jeudi en conférence de presse, Ugo Mola ne peut que constater les dégâts. « Quand on voit la succession d’informations contradictoires, on se dit que le rugby a très, très mal à la tête, lance l’entraîneur principal du Stade Toulousain. Mais je vais m’occuper du terrain. Ce qui se passera nous dépasse, de toute façon. » Un éventuel forfait des deux clubs parisiens pourrait chambouler le classement du Top 14, dont Toulouse occupe seulement la septième place.

>> A lire aussi : La garde à vue de trois rugbymen de Grenoble soupçonnés de viol prolongée de 24 heures

Plus globalement, le rugby pro français vit une crise de croissance, avec des doutes sur le respect par certains clubs du « salary cap », des problèmes financiers pour d’autres (et on ne parle pas des soupçons de dopage ou des affaires extra-sportives)…

«L’argent rend fou, philosophe Mola. Pas qu’au rugby, mais particulièrement au rugby. » « L’arrivée massive d’argent dans le non-respect des règles fixées au départ pose souci, poursuit le technicien toulousain. Il faut vite établir des règles précises. » Pour cela, tous les acteurs devront se réunir autour d’une table. Au vu des relations entre Bernard Laporte, président de la FFR, et Paul Goze, son homologue à la LNR, ce n’est sans doute pas pour tout de suite.

Le modèle toulousain réhabilité ?

« Il ne faudrait pas que le modèle que l’on disait obsolète du Stade Toulousain soit celui qui fonctionne dans le futur », ironise Mola. Le club le plus titré de France et d’Europe, qui cherche toujours à s’appuyer sur une ossature de joueurs français, souvent formés au club, est à la peine sportivement et financièrement depuis plusieurs saisons.