Merah: L'hommage aux sept victimes, cinq ans après les tueries

TERRORISME Il y a cinq ans, le djihadiste Mohamed Merah tuait sept personnes, dont trois enfants, à Toulouse et Montauban. Une semaine d’hommages démarre…

H.M. avec AFP

— 

Hommage aux victimes de Mohamed Merah, à la Halle aux grains de Toulouse, le 19 mars 2014.
Hommage aux victimes de Mohamed Merah, à la Halle aux grains de Toulouse, le 19 mars 2014. — F. Lancelot / SIpa

L’équipée sanglante a duré neuf jours et fauché sept vies. Il y a cinq ans, en pleine campagne présidentielle, le djihadiste Mohamed Merah, semait la panique et la consternation dans la région de Toulouse.

>> A lire aussi : Abdelghani, le frère de Mohamed Merah, marche contre l’intégrisme religieux

Le 11 mars, il abattait le sergent-chef Imad Ibn-Ziaten sur un parking désert de la Ville rose. Le 15 mars, il ouvrait le feu devant la caserne de Montauban, tuant Abel Chennouf et Mohamed Legouad. Le 19 mars, le tueur au scooter commettait l’indicible en attaquant l’école juive Ozar Hatorah. Il y a exécuté de sang froid l’enseignant Jonathan Sandler, ses enfants Gabriel et Arié, et la petite Myriam Monsonégo.

Deux temps forts

Cette année encore, c’est la funeste date du 19 mars qui a été retenue pour les cérémonies officielles auxquelles devrait participer Bruno Leroux, le ministre de l’Intérieur.

Pour la première fois depuis 2012, l’école Ozar Hatorah (rebaptisée Ohr Torah) sera ouverte au recueillement. Le matin, une statue en hommage aux victimes juives, réalisée par le sculpteur Charles Stratos, sera dressée dans les jardins de l’établissement. Une cérémonie, entrecoupée par la lecture de textes et de poésies des élèves, aura lieu dans le gymnase.

Le deuxième temps fort, ouvert à tous, débutera à midi au square De Gaulle, derrière le Capitole. Des gerbes seront déposées au pied du magnolia planté en 2013 par François Hollande. Tout se fera dans le silence.​

>> A lire aussi : Affaire Merah. Ils seront deux dans le box des accusés à être jugés pour crime

​Un procès à l’automne

Depuis les tueries de Toulouse et Montauban, le djihadisme a fait 238 morts en France. Et si Mohamed Merah, tombé sous les balles du Raid le 22 mars 2012, ne répondra jamais de ses actes, il y aura bien un procès.

Du 2 octobre au 3 novembre, Abdelkader Merah, le frère et mentor présumé du tueur au scooter, et Fettah Malki, un ami d’enfance, comparaîtront devant la cour d’assises spéciale de Paris.