Depuis Toulouse, ils connectent les rhinocéros d'Afrique et lancent un appel pour les sauver

ENVIRONNEMENT La start-up toulousaine Sigfox suit à la trace dix rhinocéros d’Afrique grâce à un émetteur caché dans leur corne, et lance un appel pour équiper les 29 000 derniers représentants de l’espèce…

Helene Menal

— 

Un rhinocéros noir né en Afrique qui vit aujourd'hui en captivité en Allemagne. Illustration.
Un rhinocéros noir né en Afrique qui vit aujourd'hui en captivité en Allemagne. Illustration. — Michael Probst/AP/SIPA

Il ne reste plus que 29 000 rhinocéros dans le monde alors qu’ils étaient encore 70 000 il y a cinquante ans. L’organisation anglaise Save the Rhino pense que l’espèce pourrait s’éteindre d’ici dix ans. D’où l’importance de surveiller et protéger les derniers représentants de ces grands herbivores emblématiques.

>> A lire aussi : Age, sexe, disponibilité… Les matières fécales sont-elles le Facebook des rhinocéros?

La start-up toulousaine Sigfox, spécialisée dans la connexion des objets, qui déploie grâce à de toutes petites antennes un réseau bas débit à travers le monde, s’est lancée dans cette croisade il y a huit mois, via sa fondation. En plus de Save the Rhino, elle a rejoint deux autres organisations internationales, International Rhino Foundation (Etats-Unis) et Lowveld Rhino Trust (Afrique).

En juillet dernier, des techniciens bénévoles de Sigfox ont déployé en quatre jours trois antennes couvrant toute l’étendue d’une réserve naturelle du sud de l’Afrique.

Ils se signalent trois fois par jour

Parallèlement, des vétérinaires ont implanté des trackers dans la corne de dix rhinocéros de la réserve, des noirs et des blancs. Depuis, avec une régularité de métronomes, les mastodontes connectés transmettent automatiquement leur position trois fois par jour.

Plus besoin de courir avec une antenne directionnelle, les résultats tombent sur les ordinateurs de la réserve.

>> A lire aussi : Des aventuriers pyrénéens vont tester des objets connectés au-dessus du Cercle polaire arctique

L’opération « Now Rhinos Speak » (Maintenant les rhinos parlent) a été dévoilée ce mardi au Mobile World Congress de Barcelone par la Fondation Sigfox. L’étape suivante est de réunir des donateurs et d’arriver à produire 29 000 capteurs (à 30 dollars pièce), pour connecter tous les rhinocéros de la planète.