Candidat du parti de Robert Hue, Sébastien Nadot se retire et soutient Emmanuel Macron

PRESIDENTIELLE Candidat du Mouvement des Progressistes, le Toulousain Sébastien Nadot renonce à se présenter à l’élection présidentielle. Il soutient désormais Emmanuel Macron…

N.S. avec AFP

— 

Sébastien Nadot (à droite), candidat du Mdp, renonce à se présenter à l'élection présidentielle et soutient Emmanuel Macron.
Sébastien Nadot (à droite), candidat du Mdp, renonce à se présenter à l'élection présidentielle et soutient Emmanuel Macron. — Mouvement des Progressistes / MdP

Décidément, Emmanuel Macron engrange les soutiens, même si tous n’ont pas le même poids politique. Après François de Rugy et François Bayrou, entre autres, le candidat du mouvement En Marche ! à l’élection présidentielle a été rejoint ce lundi par Sébastien Nadot. Ce professeur d’EPS à Toulouse a renoncé à se présenter au nom du Mouvement des progressistes (MdP), faute de parrainages suffisants.

« A quelques heures de l’ouverture du dépôt des signatures, le compte n’y est pas, a indiqué Sébastien Nadot (44 ans) dans un communiqué. Je ne serai pas candidat à l’élection présidentielle. »

Le représentant désigné en mai 2016 par le parti de l’ex-leader du Parti communiste Robert Hue, espère que « ce revers n’est pas un coup d’arrêt ». Il a précisé porter son choix « personnel » sur Emmanuel Macron, « en citoyen libre, avec une sensibilité de gauche affirmée ».

>> A lire aussi : Un prof de sport toulousain candidat à la Présidentielle

Le Toulousain, nommé candidat du MdP à l’automne 2016, avait voulu s’inscrire à la primaire organisée en janvier par le Parti socialiste, mais il n’avait pas été autorisé à y participer. Aujourd’hui, plutôt que d’appuyer Benoît Hamon, sorti vainqueur de cette consultation, Sébastien Nadot opte donc pour le champion d’En Marche !.

«Le système éducatif français mérite un projet ambitieux »

Il justifie ce choix par son aspiration « à un nouveau rapport entre citoyen et politique », parce que « le système éducatif français mérite un projet ambitieux et doit apporter des réponses concrètes à la jeunesse de notre pays » et parce que son « identité se conjugue avec celle de l’Europe et des Européens ».

« La perspective d’un second tour Marine Le Pen – François Fillon s’avère angoissante », confesse-t-il par ailleurs dans son communiqué. Or, selon les derniers sondages, Emmanuel Macron semble le mieux placé pour éviter ce duel. Si le MdP sera absent du débat présidentiel, le mouvement envisage de présenter des candidats aux législatives.