Vous galérez pour organiser des matchs de foot à cinq? Le site League Five peut vous aider

LOISIRS De jeunes Toulousains ont lancé League Five, pour que l’organisation des matchs de foot à cinq ne vire plus au casse-tête…

Nicolas Stival

— 

Le site League Five permet de faciliter l'organisation de matchs de foot à cinq dans l'agglomération toulousaine.
Le site League Five permet de faciliter l'organisation de matchs de foot à cinq dans l'agglomération toulousaine. — N. Stival / 20 Minutes

Faciliter la vie des amateurs de foot à cinq. C’est la tâche que se fixe League Five, site créé par de jeunes Toulousains, qui planchent sur le sujet depuis plus d’un an, après avoir lancé l’application Wicanplay. Tout est parti d’une expérience amère, racontée par Florian Gaspin, co-créateur de League Five avec Martin Verdier (26 ans tous les deux). « On voulait organiser un match avec des copains d’écoles de commerce, raconte l’ancien élève de l’Idrac Business School de Toulouse. On s’est fait planter par un de nos coéquipiers, on a dû annuler et on s’est fait engueuler par le centre où l’on devait jouer. »

Les étudiants ont alors réfléchi à un moyen d’éviter que ce type de situation ne se reproduise. «League Five est un site Internet qui fonctionne comme une appli, reprend Florian Gaspin. On se connecte via Facebook. On est forcément rattaché à un club. Soit on le crée et on en devient le capitaine, soit on le rejoint (sans frais d’inscription). Il faut au moins cinq joueurs par équipe. Ensuite, on accède à un classement dans lequel figurent tous les clubs inscrits. Quand on veut disputer un match, on clique sur un club pour l’inviter. »

Six centres partenaires dans l’agglomération toulousaine

Si le capitaine adverse accepte, les centres de foot en salle partenaires de l’initiative envoient leurs créneaux horaires disponibles. Il y en a pour l’instant six, à Toulouse et dans son agglomération. « Un chat entre les capitaines s’ouvre alors pour qu’ils discutent, ainsi qu’un autre chat entre membres d’un même club », détaille le jeune entrepreneur. Lorsque tout le monde est d’accord, les membres des équipes versent chacun huit euros via un système de paiement sécurisé.

League Five encaisse une commission de « 10 à 20 % » et verse le reste au centre où va se jouer le match. Le fait de payer en amont doit responsabiliser les joueurs et éviter les forfaits de dernière minute, préjudiciables pour les complexes de sport indoor comme pour les coéquipiers.

Une volonté d’expansion vers Bordeaux et Montpellier

« Il y a une notion de communauté, d’équipe. Avec le site, vous n’êtes pas un joueur isolé. Pour l’instant, nous avons une base d’environ 150 joueurs réunis dans une vingtaine d’équipes », précise Florian Gaspin. Désormais, les créateurs de League Five envisagent une levée de fonds, le développement d’une application mobile et l’exportation du modèle toulousain dans d’autres villes françaises, à commencer par les voisines Bordeaux et Montpellier.