Privatisation de l’aéroport de Toulouse: Un recours pour « excès de pouvoir » examiné lundi

JUSTICE Le tribunal administratif de Paris examine ce lundi 27 février le recours pour « excès de pouvoir » déposé par les opposants à la privatisation de l’aéroport Toulouse-Blagnac…

Hélène Menal
A l'aéroport de Toulouse-Blagnac.
A l'aéroport de Toulouse-Blagnac. — B. Colin / 20 Minutes

Nouveau round judiciaire ce lundi 27 février dans le déjà très épais dossier de la privatisation partielle de l’aéroport Toulouse-Blagnac au profit d’un consortium chinois. Le tribunal administratif de Paris va examiner le recours pour « excès de pouvoir » déposé par le collectif unitaire des opposants à cette opération.

Décision sous un mois

L’avocat du collectif, Christophe Lèguevaques, souhaite que « soient défendus la santé, la sécurité et l’environnement des riverains de l’aéroport et des populations survolées qui ont été ignorés et méprisés pendant le processus de privatisation ». Il cherche toujours par ailleurs à se procurer le « pacte d’actionnaires », tenu secret, passé entre l’Etat et l’actionnaire chinois.

La réponse du tribunal parisien devrait être connue sous un mois.

L’Etat a cédé 49,99 % de ses parts dans la société d’exploitation de la plateforme en décembre 2014. C’estEmmanuel Macron, alors ministre de l’Economie, qui a choisi le consortium chinois Casil Europe. Ce dernier a dû débourser 308 millions d’euros.