Toulouse: Les parents font eux-mêmes la police pour faire respecter une place handicapé

SOCIETE Depuis lundi, les parents d’élèves de l’école Olympe-de-Gouges à Toulouse, surveillent eux-mêmes l’unique place réservée aux handicapés et en chassent les automobilistes indélicats…

Helene Menal

— 

Depuis lundi 20 février, les parents de l'école Olympe-de-Gouges, à Toulouse, surveillent de près l'unique place
Depuis lundi 20 février, les parents de l'école Olympe-de-Gouges, à Toulouse, surveillent de près l'unique place — FCPE31

« On fait le job de la police municipale ! » Depuis lundi, les parents d’élèves de l’école Olympe-de-Gouges, dans le quartier Lalande, au nord de Toulouse, ont sorti les banderoles et abondamment « tagué » l’unique place handicapé tracée devant l’établissement. Il y en avait deux mais depuis la rentrée un préfabriqué empiète sur l’autre. Et dans ce secteur où le stationnement vire au casse-tête, la fameuse place restante est occupée en permanence, très rarement par des personnes titulaires d’un macaron.

Risques de tensions

« Or, l’école accueille plusieurs élèves handicapés, sans compter certains parents à la mobilité réduite », explique Linda Djouaher, la secrétaire de la section FCPE à Olympe-de-Gouges. Les parents ne se contentent pas de banderoles. Ils se relaient pour surveiller la place aux heures d’entrée et de sortie. « Nous demandons aux automobilistes de déplacer leur voiture, avec le risque d’entrer en conflit avec les riverains », explique la mère de famille.

>> A lire aussi : Un jeune toulousain handicapé en fauteuil assigne la SNCF pour discrimination

L’objectif de cette mobilisation est d’alerter la mairie sur la nécessité de faire des patrouilles devant l’école précisément aux heures où les élèves arrivent ou s’en vont. « Nous n’en voyons jamais », constate Linda Djouaher.

« C’est faux, rétorque Olivier Arsac, l’adjoint à la Sécurité. Depuis le mois d’octobre, il y a eu quinze passages de la police municipale devant cette école le matin, une fréquence plus importante qu’ailleurs ». L’élu vient par ailleurs de demander aux services municipaux la création d’une deuxième place réservée aux handicapés sur voirie. L’opération devrait prendre « quelques semaines ».