Haute-Garonne: A quoi ressemblait votre commune il y a 50 ans? Cliquez et vous verrez

CARTOGRAPHIE L’IGN vient de mettre en ligne sur son site « Remonter le temps » des images permettant de comparer la Haute-Garonne du siècle dernier à celle d’aujourd’hui…

Béatrice Colin

— 

Vue de Toulouse aujourd'hui et dans les années 1950-1965.
Vue de Toulouse aujourd'hui et dans les années 1950-1965. — IGN

Plus d’un demi-siècle après, la Ville rose a bien changé. Au Mirail, les champs ont laissé la place aux tripodes de Candilis et aucune trace du périphérique n’est visible sur les photographies aériennes dévoilées ce mardi par le site « Remonter le temps » de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN).

Cette plateforme permet de comparer rapidement le Toulouse d’hier à celui d’aujourd’hui. De voir l’évolution des quartiers toulousains ou des communes de l’agglomération.

Ainsi, on constate qu’il y a encore quelques décennies, Labège était loin d’être congestionnée par les flots de voitures.

Vue de Labège (31) aujourd'hui et dans les années 1950-1965.
Vue de Labège (31) aujourd'hui et dans les années 1950-1965. - IGN

Que les joueurs du Stade Toulousain ne foulent pas la même pelouse que leurs prédécesseurs des années cinquante.

Vue du quartier toulousain des Sept-Deniers aujourd'hui et dans les années 1950-1965.
Vue du quartier toulousain des Sept-Deniers aujourd'hui et dans les années 1950-1965. - IGN

Que le lycée des Arènes a succédé à de vraies arènes, celles du soleil d’Or. Construites en 1953, elles pouvaient accueillir 14.000 spectateurs, presque autant qu’à Nîmes. En 1976, elles sont rachetées par la mairie de Toulouse qui les détruisit en 1989.

Vue du quartier toulousain des Arènes aujourd'hui et dans les années 1950-1965.
Vue du quartier toulousain des Arènes aujourd'hui et dans les années 1950-1965. - IGN

Et si en un demi-siècle Toulouse s’est hissé à la quatrième place des villes françaises, c’est aussi grâce au fleuron de l’aéronautique.

>> A lire aussi : Démographie: En Occitanie, la population a augmenté deux fois plus vite que la moyenne française

Or dans les années cinquante, même si des entreprises aéronautiques existent déjà dans l’agglomération, Airbus n’est pas encore né. Et l’aéroport de Toulouse-Blagnac est loin des 8 millions de passagers qu’il accueille aujourd’hui. Mais c’est de ces pistes sommaires que le premier vol de la Caravelle prendra son envol en 1955, tout comme le Concorde en 1969.

Vue de l'aéroport de Blagnac aujourd'hui et dans les années 1950-1965.
Vue de l'aéroport de Blagnac aujourd'hui et dans les années 1950-1965. - IGN