Top 14: Des phases finales sans le Stade Toulousain? Un scénario de plus en plus probable

RUGBY Battu à Montpellier ce dimanche, le Stade Toulousain occupe la huitième position du Top 14, à quatre points des dernières places pour les phases finales…

Nicolas Stival
— 
Le Stade Toulousain a une nouvelle fois chuté en Top 14, le 19 février 2017 à Montpellier.
Le Stade Toulousain a une nouvelle fois chuté en Top 14, le 19 février 2017 à Montpellier. — F. Pennant / AFP

La tâche se complique encore un peu plus pour le Stade Toulousain. Le club le plus titré du rugby français (19 Boucliers de Brennus, quatre Coupes d’Europe) pourrait bien ne pas participer aux phases finales du Top 14 cette saison. Ce serait un séisme à l’échelle de l’ovalie nationale, mais cela ne ferait que confirmer le lent déclin des Rouge et Noir depuis leur dernier titre de champion de France, en 2012.


Battus ce dimanche à Montpellier (27-18), les hommes d’Ugo Mola occupent la huitième place du championnat, à huit journées de la fin de la phase régulière. Les quatre points de retard sur le sixième et dernier « qualifiable » ainsi qu’un calendrier compliqué n’incitent pas à un fol optimisme. Pas plus que le match dans l’Hérault, face à un MHR (troisième), aussi solide que sans génie.

« Nous n’avons pas été assez patients et nous nous sommes montrés trop approximatifs », a pesté Jean-Marc Doussain sur Canal +. Décidément peu en veine après ses mésaventures en Bleu, l’ouvreur a vu l’une de ses passes interceptées par l’ailier montpelliérain Timoci Nagusa, auteur du deuxième des trois essais montpelliérains.


Indisciplinés, maladroits à la main et au pied (trois tirs au but ratés), les Toulousains se sont situés dans la lignée de leur défaite à domicile contre Pau (10-20), après un début 2017 pourtant prometteur. L’absence de six internationaux (les Français Baille, Maestri, Fickou et Huget, l’Ecossais Gray et l’Italien Ghiraldini) ne peut expliquer à elle seule cette nouvelle copie raturée. La réception le 5 mars de la sensation rochelaise, deuxième du Top 14, fait déjà trembler les plus fervents supporters toulousains.

Peu d’espoirs en Coupe d’Europe

Lesquels se projettent de plus en plus sur la saison prochaine, marquée par un recrutement alléchant. Car vu le niveau actuel de leurs favoris, il est difficile de rêver à une « remontada » en Top 14, ou à un exploit en quart de finale de Coupe d’Europe dans l’antre des terribles Irlandais du Munster, le 1er avril.