Abdelghani, le frère de Mohamed Merah, marche contre l’intégrisme religieux

SOCIETE Le frère aîné de Mohamed Merah a entamé une marche pour dénoncer l’intégrisme religieux et promouvoir le « vivre ensemble »…

B.C. avec AFP

— 

Abdelghani Merah a démarré une longue marche à travers la France pour sensibiliser à la montée de l'intégrisme religieux.
Abdelghani Merah a démarré une longue marche à travers la France pour sensibiliser à la montée de l'intégrisme religieux. — Crédit PHILIPPE DESMAZES / AFP

« Faire entendre la voix d’un autre Merah ». C’est l’un des objectifs d’Abdelghani, le frère aîné du tueur au scooter, depuis qu’il a entamé une longue marche à travers la France il y a une semaine. Parti de Marseille, celui qui a toujours condamné les actes de son frère a repris l’itinéraire de la « marche des beurs » pour alerter sur la montée de l’intégrisme religieux.

Sans travail

« Je marche pour le vivre ensemble, contre les discriminations et pour cette jeunesse déboussolée. Et puis l’affaire Théo, ça donne des armes aux prédicateurs pour cracher sur la France », estime Abdelghani qui espère être reçu à Paris par le ministre de la Justice.

Soutenu par le réseau « la Brigade des mères » ou l’association Forces laïques qui le soutiennent, il marche 25 à 40 kilomètres par jour, dort à la belle étoile ou est logé par le 115 ou des relais du réseau.

Celui qui habitait Toulouse lorsque Mohamed Merah a tué sept personnes au mois de mars a aujourd’hui tout quitté et se retrouve sans travail. « Toute ma vie j’ai eu à me battre sur deux fronts : d’un côté, contre les racistes au nom de l’islam ; de l’autre, contre les racistes au nom de la nation. Ma croyance, c’est d’abord la République », avançait-il dans son livre Mon frère, ce terroriste : un homme dénonce l’islamisme où il décrivait le contexte familial, notamment l’embrigadement de son frère Abdlekader et de sa soeur Souad.

>> A lire aussi : Abdelghani, l'autre Merah, s'engage contre la radicalisation

« Je comprends qu’on puisse avoir des préjugés parce que c’est le frère Merah mais lui qui a vécu au milieu du terrorisme est tellement bien placé pour en parler. Et aujourd’hui, on attend quoi ? Le prochain attentat ? Il faut qu’on prenne conscience qu’il y a Marine Le Pen qui monte », estime Nadia Remadna, fondatrice de la « Brigade des mères ».