Toulouse: Merci Thomas Pesquet! La Cité de l’espace bat son record de fréquentation

SCIENCES ET LOISIRS La Cité de l’espace à Toulouse a accueilli plus de 323.000 personnes en 2016. Un record, dû notamment à l’« effet » Thomas Pesquet et à l’aventure de Philae et Rosetta…

N.S. avec AFP

— 

La Cité de l'espace, à Toulouse.
La Cité de l'espace, à Toulouse. — F. Scheiber / 20 Minutes / Sipa

Avec 323.100 visiteurs en 2016, la Cité de l’espace, née voici 20 ans, a établi un nouveau record de fréquentation. Ce parc à thème centré sur la conquête spatiale en accueillait « seulement » 266.442 en 2006. Directeur des publics de la Cité de l’espace, Philippe Droneau évoque « une tendance régulière à la hausse depuis six ans » grâce à « un contexte européen favorable » avec les épopées de Curiosity et de Philae/Rosetta ainsi que celle de Thomas Pesquet. « On sent les gens intéressés », poursuit le responsable.

>> A lire aussi : Fin de mission pour Rosetta: «J’ai eu la gorge serrée lorsque le signal s’est arrêté»

La popularité de l’astronaute français de 38 ans, qui séjourne depuis le 20 novembre dans la Station spatiale internationale (ISS), joue un grand rôle dans cet engouement. « Cela faisait neuf ans qu’il n’y avait pas eu de Français dans l’espace et il a fait des études à Toulouse, rappelle Philippe Droneau. En plus, nous sommes à l’époque des réseaux sociaux, un astronaute peut presque faire un tweet et une photo par jour. Il y a dix ans, ce n’était pas le cas. »

Depuis le 20 octobre 2016 et jusqu’à fin décembre 2018, l’exposition « Astronautes » à la Cité de l’espace permet de mieux comprendre la vie des astronautes et suivre l’actualité de Thomas Pesquet. « Elle marche très bien », souligne le directeur des publics. D’après la Cité de l’espace, l’engouement du public s’explique aussi par ses efforts pour rendre l’aventure spatiale « accessible à chacun, quel que soit son âge ou ses connaissances » avec « une médiation interactive, participative et la mise en situation ».

13 % de visiteurs étrangers

Selon les saisons, le prix d’un billet adulte oscille entre 21 et 24 euros pour une journée (25,50 euros pour les nocturnes). Un « prix non négligeable », consent Philippe Droneau, qui indique toutefois que le visiteur peut passer « toute la journée dans le parc ».

Parmi le public, 75 % sont des individuels, le reste étant des groupes scolaires (45.000 enfants par an) et des salariés d’entreprises. Quelque 60 % des visiteurs viennent d’autres régions françaises que l’Occitanie et 13 % de l’étranger, en majorité des Catalans.

>> A lire aussi : Toulouse: 2017, une année de grands chantiers et petits événements

En 2017, des événements pourraient encore améliorer la fréquentation de la Cité de l’espace. Le 30 mars, le congrès scientifique des enfants, âgés de 9 à 11 ans, aura lieu à Toulouse. Avec, bien entendu, une intervention de Thomas Pesquet. Il sera aussi retransmis à Vaulx-en-Velin, dans la banlieue lyonnaise, à Strasbourg et Paris. Enfin, le 30e congrès mondial des astronautes se tiendra dans la Ville rose du 16 au 20 octobre, avec le 20 octobre une journée grand public pour les 20 ans de la Cité de l’espace.