Dans les Pyrénées, les gypaètes barbus roucoulent

BIODIVERSITE Ce ne sont pas moins de douze couples de cette espèce menacée qui sont actuellement en couvaison dans le Parc national des Pyrénées...

J.R.

— 

Un couple de gypaètes barbus dans le Parc national des Pyrénées.
Un couple de gypaètes barbus dans le Parc national des Pyrénées. — Didier Peyrusqué

C’est le grand amour pour les couples de gypaètes barbus des Pyrénées. Douze couples, sur les quatorze présents sur le territoire du Parc national des Pyrénées, viennent d’être observés en couvaison. Une heureuse nouvelle quand on sait que cette espèce se reproduit peu et tardivement.

Eclosion en mars

Malgré une espérance de vie de plus de trente ans, ces rapaces ne vivent en couple qu’à partir de 6 ou 7 ans et ce n’est qu’à cet âge qu’ils débutent leur première longue période de reproduction de dix mois. En moyenne, un couple donne un jeune à l’envol tous les trois ans. Les adultes vont maintenant couver les précieux œufs à tour de rôle, durant 52 à 53 jours, pour éviter qu’ils ne soient la proie des prédateurs ou du froid. Si les rapaces ne sont pas dérangés par l’activité humaine, l’éclosion aura lieu en mars. Le gypaèton ne prendra ensuite son envol que quatre mois après.

>> A lire aussi : L'armée française va ménager le gypaète barbu, rapace en danger

Face à cette lente reproduction, les quatorze couples nichant de la vallée d’Aspe à la vallée d’Aure sont donc scrutés avec attention. Les dernières observations des agents du Parc national ont d’ailleurs confirmé qu’un quinzième couple se serait installé dans le Béarn.