VIDEO. TFC: Ciseau retourné, trois buts en trois matchs… Mais qui arrêtera Andy Delort?

FOOTBALL Andy Delort a signé un splendide but samedi soir contre Bastia, en Ligue 1. Le troisième en trois matchs pour l’attaquant du TFC…

Nicolas Stival

— 

L'attaquant du TFC Andy Delort a réussi un superbe ciseau retourné contre Bastia au Stadium de Toulouse, le 11 février 2017 en Ligue 1.
L'attaquant du TFC Andy Delort a réussi un superbe ciseau retourné contre Bastia au Stadium de Toulouse, le 11 février 2017 en Ligue 1. — R. Gabalda / AFP

C’était une semaine à ne pas rater pour ne pas finir la saison la peur au ventre. Et le TFC, désormais neuvième de L1, a assuré, avec deux victoires au Stadium, contre Angers (4-0) puis Bastia (4-1), entrecoupées d’un nul à Lorient (1-1). A chaque fois, Pascal Dupraz a reconduit le même onze de départ. Et à chaque fois, Andy Delort a marqué.

>> A lire aussi : TFC: Andy Delort, Corentin Jean... Quand le mercato d'hiver se transforme en électrochoc

Débarqué du Mexique pour environ six millions d’euros en janvier, l’ancien avant-centre des Tigres de Monterrey a donc frappé lors de ses trois premières sorties toulousaines. Du jamais vu depuis le Hongrois Karoly Csapo, voici 34 ans. Samedi face aux Corses, Delort a débloqué la situation alors que son équipe ne maîtrisait pas grand-chose depuis le début du match.

« C’est un geste qui me plaît, je le travaille beaucoup »

Et pas n’importe comment. L’attaquant de 25 ans a signé un superbe retourné acrobatique, à la suite d’un corner d’Oscar Trejo repoussé par le gardien bastiais Jean-Louis Leca à la lutte avec le défenseur Issa Diop. Un poteau rentrant plus tard, Delort entrait encore davantage dans le cœur des supporters Violets. « Est-ce que j’en avais déjà mis des comme ça ? Non, a avoué l’homme-caoutchouc. Mais c’est un geste qui me plaît, je le travaille beaucoup. C’est mon père qui m’a fait manger toutes les cassettes [vidéo] de Jean-Pierre Papin. Ça doit lui faire plaisir. »

Le natif de Sète avait sept ans quand JPP a arrêté sa carrière et ses « papinades », mais son lointain successeur aime toujours la « spontanéité » de la légende marseillaise. « Il frappait de tous les côtés », s’amuse le Toulousain, qui a bien appris les leçons sur magnétoscope et les applique sur les terrains de L1 depuis son retour de son court exil outre-Atlantique.

Et maintenant, le PSG au Parc des Princes

« Le président a fait l’effort de m’acheter, le coach voulait absolument que je vienne. Quand on me donne un, je rends dix. C’est pour ça que je suis en confiance. » CQFD. Le buteur frénétique « ne pensait pas que ça allait se passer comme ça », et assure « ne pas avoir d’objectif [chiffré] en tête. » On serait la défense parisienne, on se méfierait un peu quand même. Le TFC se déplace au Parc des Princes dimanche prochain.

Avec Delort bien sûr, mais aussi Corentin Jean, autre recrue offensive de l’hiver très en verve, et Martin Braithwaite, manifestement requinqué par cette concurrence : contre Bastia, le capitaine danois a inscrit ses neuvième et dixième buts en L1 cette saison.