VIDEO.Toulouse: Les étudiants sourds se font entendre dans une vidéo efficace

SOCIETE Ils paient de leur poche pour interpréter leurs cours. A Toulouse, les étudiants sourds se révoltent et font le buzz…

Hélène Ménal

— 

Un extrait de la vidéo mise en ligne par les étudiants sourds toulousains.
Un extrait de la vidéo mise en ligne par les étudiants sourds toulousains. — Capture d'écran Facebook

Ils sortent dans les bars, débattent et suivent assidûment leurs cours. Ils aspirent à être ingénieurs, professeurs des écoles ou à faire carrière dans la biologie. Cyril, Juliette ou Laure sont des étudiants toulousains comme les autres.

Sauf qu’ils sont sourds. Et qu’ils ont besoin qu’on leur interprète leurs cours. Ils reçoivent des aides mais pas assez pour suivre une scolarité normale comme le montre la vidéo diffusée sur la page Facebook de leur association, Etudiant’S 31, et déjà partagée 44.000 fois en trois jours.

Sans fond sonore, et de façon efficace, le film balaie plusieurs profils d’étudiants mais le problème est toujours le même à la fin : s’ils veulent aller au bout de leur cursus, ils y sont largement de leur poche.

>> A lire aussi : Les futurs bacheliers «likent» Toulouse pour y suivre leurs études supérieures

Un surcoût qui peut dépasser les 5.000 euros par an

Car le prix d’une heure d’interprétation est d’environ 80 euros. « A Toulouse, pour un nouvel étudiant qui s’inscrit, la direction de la vie étudiante [Dive] de l’université accorde un budget de 10.000 euros pour l’année, indique David Thomas, membre de l’association. Cette somme équivaut approximativement à 125 heures à l’année, donc environ 6 heures par semaine ». Or, par exemple Cyril, en 4e année d’ingénieur à l’Insa, a 820 heures de cours par an.

Selon les estimations de l’association, le surcoût pour un étudiant sourd oscille peut dépasser les 5.000 euros par an. Du coup, certains abandonnent au bout de la première année. Dans la Ville rose, une trentaine de jeunes se heurtent à ce problème d’accessibilité. « Et depuis plusieurs années, rien n’a évolué », précise David Thomas.

Les étudiants concernés espèrent que leur cri d’alarme trouvera une résonance auprès de la classe politique.