Les futurs bacheliers «likent» Toulouse pour y suivre leurs études supérieures

ÉTUDES SUPÉRIEURES Les élèves de Terminale des autres académies plébiscitent Toulouse pour le début de leurs études supérieures…

Béatrice Colin
— 
Rentrée pour les étudiants de l'Université des Sciences Sociales de Toulouse, le 24 septembre 2008.
Rentrée pour les étudiants de l'Université des Sciences Sociales de Toulouse, le 24 septembre 2008. — Frederic Scheiber/20 Minutes

Toulouse a la cote. Auprès des jeunes actifs, mais pas seulement. Dès la terminale, les lycéens sont nombreux à rêver de venir faire leurs études à Toulouse. Et ils l’expriment en ce moment même, lorsqu’ils saisissent leurs vœux dans le portail admission post-bac, jusqu’au 20 mars. Une attirance forte relevée par l’Insee Occitanie à partir des données recueillies par cette plateforme. Avec Paris et Lyon, l’académie de Toulouse est celle qui enregistre le plus de demandes d’élèves venant d’un autre territoire en plus de celles de ses lycéens.

>> A lire aussi : Nord: Muchroom, le réseau social du logement étudiant

Et c’est aussi une de celles qu’on a le moins envie de quitter pour partir faire ses études ailleurs. Ainsi si 2.000 Montpelliérains mettent en premier vœu un établissement d’enseignement supérieur toulousain, ils sont seulement 700 à vouloir se rendre dans la cité languedocienne. Cette attraction se justifie par la proximité lorsque les élèves viennent par exemple de Carcassonne. Mais dans 61 % des cas, les lycéens qui postulent dans des universités ou grandes écoles toulousaines auraient pu suivre la même formation à Bordeaux, Limoges ou Paris.

Prépas et écoles d’ingénieur plébiscitées

« Les écoles d’ingénieurs sont très demandées, notamment l’Insa. Pour 100 élèves de l’académie de Toulouse qui vont faire la demande, nous allons avoir 55 demandes extérieures. Il y a aussi les classes préparatoires, dont la moitié des demandes venant d’une autre académie concerne Fermat », souligne Benoît Mirousse, l’auteur de l’étude.

De fait, ce sont souvent de très bons élèves qui veulent venir faire leurs études à Toulouse. Mais ce sont aussi les bons élèves de la Ville rose qui demandent à partir pour aller suivre les grandes prépas parisiennes.