VIDEO. Cannabis, portable... Une vidéo tournée en «direct de la prison de Toulouse»

FAITS DIVERS Des détenus se sont filmés en direct « de la prison de Toulouse » sur Périscope…

Béatrice Colin

— 

Un gardien de prison dans la maison d'arrêt de Seysses.
Un gardien de prison dans la maison d'arrêt de Seysses. — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES

Il y a quatre ans, des détenus de la centrale de Lannemezan, dans les Hautes-Pyrénées, s’exhibaient en proférant des menaces, couteaux à la main dans une vidéo postée sur YouTube. Le 23 janvier, portable à la main, des jeunes incarcérés se filment en live sur Périscope durant une dizaine de minutes dans « En direct de la prison de Toulouse. On est pas bien en prison ? ».

La conversation n’est pas des plus passionnantes. Mais on y voit le quotidien de ces détenus, qui fument et échangent du cannabis avec d’autres hommes marchant dans les coursives. Aux personnes connectées qui les interpellent sur le lieu où ils se trouvent, ils répondent « Toulouse ».

Surpopulation et manque de moyens

Une enquête interne au sein de la maison d’arrêt de Seysses a été diligentée. « Je ne suis pas sûr que cela ait été tourné à Toulouse. Si c’est le cas, ce ne serait pas la première fois, il y a déjà pas mal de vidéos qui circulent sur YouTube. Rien qu’avant-hier, une vingtaine de portables a été projetée à l’intérieur de l’enceinte de la prison depuis l’extérieur. Mais quand vous êtes seul à vous occuper de 100 détenus c’est compliqué », indique Laurens Maffre, secrétaire régional UFAP-Unsa.

Pour ce syndicaliste, la présence de drogue ou encore de téléphones, est une des conséquences du manque de personnels associé à la surpopulation carcérale. « A Seysses, il y a 100 détenus qui dorment sur des matelas sur un effectif de presque 1.100 détenus et parallèlement il manque 30 surveillants. L’administration pénitentiaire tente de recruter, mais le métier n’attire pas et il faut travailler là-dessus », poursuit le syndicaliste.