Toulouse: Recycler ou échanger ses livres, c’est désormais possible

CULTURE La société Recyclivre récupère gratuitement depuis janvier les livres dont les Toulousains veulent se séparer. Parallèlement la mairie vient d’installer sept boîtes à livre dans la rue…

Beatrice Colin

— 

Don de livres. Illustration.
Don de livres. Illustration. — B. Colin / 20 Minutes

On les dévore, avant de les abandonner à leur triste sort dans la bibliothèque du salon. Mais à moins d’avoir un manoir, il est parfois difficile de stocker les livres qui s’entassent au fur et à mesure qu’on les achète. Pour éviter qu’ils partent au pilon, les Toulousains peuvent depuis le début de l’année faire appel à Recyclivre et ainsi donner une seconde chance à leurs romans et autres BD.

Cette société vient récupérer directement au domicile des donateurs les bouquins dont ils veulent se séparer. A elle après de les revendre sur Internet à des tarifs raisonnables.

Aide à des associations

« Nous collectons ces livres gratuitement auprès des particuliers, des recycleries ou des ressourceries. A chaque revente sur notre plateforme ou d’autres comme Amazon, 10 % du prix net est reversé à des associations ayant des actions en faveur de l’écologie ou de l’éducation », éclaire Fabien Estivals, le correspondant de la société à Toulouse qui a aussi un rôle d’insertion sociale.

Et c’est bien ce qui a séduit Christèle Pezet. « Je déménage dans un appartement plus petit et je devais faire un tri dans mes BD. J’ai fait une recherche et j’ai vu qu’ils se déplaçaient à domicile et de surcroît reversaient de l’argent à une association qui lutte contre l’illettrisme », relève cette ancienne libraire qui ne se voyait pas jeter à la poubelle ses précieuses bandes dessinées. Tout comme Serge Langumier. « Les vendre, ça ne me viendrait pas à l’idée. Les donner c’est pour le coup le moyen de faire une bonne œuvre », indique ce mordu de lecture.

C’est ce public que vise Recyclivre. « Cela peut être des étudiants qui déménagent ou des gens qui veulent faire de la place sur leurs étagères. Par contre, nous ne prenons pas les encyclopédies, ni les manuels scolaires ou les dictionnaires car nous n’arrivons pas à les revendre », précise Fabien Estivals.

Sept boîtes à lire

La mairie de Toulouse est en train d'installer sept boîtes à lire dans les quartiers toulousains.

Faire circuler les livres. C’est aussi l’ambition de la mairie de Toulouse. Sur le principe du bookcrossing, elle a décidé de créer des boîtes à livres à Saint-Cyprien, Saint-Agne, Marengo, Lafourguettte ou encore Lardenne. Installés cette semaine dans sept quartiers, ces équipements en bois réalisés par l’association d’insertion Bois et Cie seront alimentées dans un premier temps par un fonds, en partie constitué par des dons de Recyclivre.

« Après c’est aux habitants de déposer des livres puis d’en prendre et partager. Cela permet de rapprocher les bibliothèques des gens et de démocratiser la lecture », affirmeNicole Miquel-Belaud, élue en charge du dossier. qui compte bien en mettre dans chaque quartier de Toulouse.